Cerca

Vatican News
La directrice générale du FMI, Christine Lagarde La directrice générale du FMI, Christine Lagarde  (AFP or licensors)

Prévisions du FMI: la santé de l’économie mondiale reste fragile

En 2019, la croissance mondiale devrait connaître un ralentissement. Le Fonds monétaire international a dévoilé, ce mardi 9 avril, ses prévisions prenant acte d'un ralentissement plus marqué que prévu, en particulier dans la zone euro.

Entretien réalisé par Hélène Destombes - Cité du Vatican

Les experts du FMI, prévoient 3,3% de croissance cette année dans le monde, soit 0,2 point de moins par rapport aux estimations de janvier. Un rebond est toutefois anticipé en 2020 avec +3,6% (selon une estimation restée inchangée).

Les révisions à la baisse concernent la plupart des économies des pays développés et émergents, la Chine faisant exception avec une anticipation un peu moins pessimiste (+6,3% contre +6,2% précédemment) de sa croissance en 2019, après celle de 6,6% en 2018.

L'économie américaine affiche elle un ralentissement avec 2,3%, soit 0,2 point de moins que prévu en janvier, après 2,9% en 2018. Pour la zone euro, le FMI n'entrevoit plus que 1,3% de croissance cette année, soit une révision de -0,3 point par rapport à la prévision de janvier.

Importantes révisions pour l’Allemagne et l’Italie

Parmi les principaux freins à la croissance: l’escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, un stress financier au sein de grandes économies telle que la Turquie et un certain essoufflement de la croissance chinoise.

Dans la zone euro, l’Allemagne et l’Italie sont les pays les plus affectés. L'Allemagne, dont la croissance devrait ralentir à 0,8%, voit la production de son secteur automobile fortement perturbée par de nouvelles normes d'émissions polluantes. En Italie, où la croissance pourrait tomber à 0,1% (-0,5 point), les investissements ont chuté.

Mais s’il y a bien un ralentissement de la croissance mondiale prévu par le FMI cette année, le constat n’est pas pour autant totalement sombre. C’est l’analyse de Christophe Blot, économiste à l’OFCE, l'Observatoire français des conjonctures économiques

Entretien avec Christophe Blot économiste à l'OFCE
09 avril 2019, 17:52