Recherche

Vatican News
Des policiers libyens montent la garde devant l'aéroport de Mitiga, dans la capitale, Tripoli, le 8 avril. Des policiers libyens montent la garde devant l'aéroport de Mitiga, dans la capitale, Tripoli, le 8 avril.  (AFP or licensors)

Combats en cours pour prendre Tripoli en Libye

La bataille pour le contrôle de la capitale libyenne s’intensifie. Ce lundi, au lendemain de combats particulièrement meurtriers, un raid a touché l’aéroport de Mitiga, le seul qui fonctionne encore, situé dans la banlieue-est de Tripoli. La frappe, qui n’a pas fait de victime, a été lancée par un avion militaire non identifié. Elle a visé une piste d'atterrissage. Tous les vols ont par la suite été suspendus à Tripoli, les passagers évacués.

Hélène Destombes – Cité du Vatican

Un conflit oppose depuis jeudi 4 avril l’ALN, l'Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar, aux forces du gouvernement d’union nationale dirigé par Faïez Sarraj, président reconnu par la communauté internationale.

L’homme fort de l'Est libyen est déterminé à s’emparer de la capitale, et l’opération «Volcan de la colère» lancée dimanche par le gouvernement d’union nationale, ne semble pas l’en dissuader. Cette contre-offensive du gouvernement basé à Tripoli a reçu le renfort de miliciens alliés venus de Misrata.

2 800 déplacés

Ce lundi, les combats font rage sur plusieurs fronts : à une trentaine de kilomètres au sud de Tripoli dans le périmètre de l'aéroport international, une infrastructure inutilisée depuis sa destruction lors de combats en 2014, mais également à Wadi Rabi, toujours au sud de la capitale.

Les hommes d'Haftar seraient actuellement aux portes de Tripoli, à une dizaine de kilomètres du centre-ville.

Cette guerre des chefs a déjà fait de nombreuses victimes : 35 morts et des dizaines de blessés selon le gouvernement d'union nationale. 2 800 personnes se trouvent également déplacées de force aujourd’hui.

L’Union Européenne a exhorté le maréchal Haftar à cesser son offensive pour éviter une guerre civile, alors qu’hier les grandes puissances ont échoué à se mettre d'accord à l'ONU sur une déclaration appelant les troupes du militaire à mettre un terme aux combats.
 

08 avril 2019, 18:33