Cerca

Vatican News
Un soldat français de la mission Barkhane et un enfant à Gossi, au Mali, fin mars 2019 Un soldat français de la mission Barkhane et un enfant à Gossi, au Mali, fin mars 2019  (AFP or licensors)

Le Burkina Faso gangrené par une violence multiforme

“Le pays des hommes intègres” fait face depuis quatre ans à des attaques récurrentes de groupes djihadistes. Les affrontements intercommunautaires sont eux aussi de plus en plus fréquents plongeant, le Burkina Faso dans une insécurité persistante.

Entretien réalisé par Hélène Destombes - Cité du Vatican

De nouveaux affrontements intercommunautaires ont fait 7 morts, dont 3 peuls, le 1er avril 2019 au Burkina Faso. Des hommes armés ont attaqué le village de Hamkane, situé à la frontière malienne.

Ces événements tragiques ont eu lieu une semaine après le massacre de quelque 160 habitants peuls, au Mali. À ces tensions intercommunautaires viennent s’ajouter des attaques djihadistes et enlèvements de plus en plus fréquents dans plusieurs régions du Burkina Faso.

“Le pays des hommes intègres” initialement épargné par la violence est devenu depuis 2015, le terrain d’expression de plusieurs groupes islamistes armés dont Ansarul Islam, première formation djihadiste locale et l'État islamique au grand Sahara (EIGS).

Une véritable crise sécuritaire

D'abord concentrées dans le Nord, les attaques se sont étendues notamment à l'Est et la capitale Ouagadougou a été frappée à trois reprises. Les forces de l'ordre burkinabè semblent incapables d'enrayer cette spirale de la violence. Le bilan humain ne cesse de s’alourdir avec plus de 300 morts depuis 2015.

Depuis le 1er janvier, l'état d'urgence a été décrété dans 14 provinces sur 45, accordant des pouvoirs supplémentaires aux forces de sécurité, dont celui de procéder à des perquisitions à domicile, de jour comme de nuit.

Rinaldo Depagne, directeur du projet Afrique de l'Ouest d’International Crisis Group, analyse les causes et les conséquences de cette crise sécuritaire au Burkina Faso. Il évoque une situation qui s’est détériorée très rapidement et établit un certain parallèle avec le cas malien.

Analyse de Rinaldo Depagne
04 avril 2019, 08:11