Cerca

Vatican News
Une affiche réclamant la libération de prisonniers politiques au Nicaragua. Une affiche réclamant la libération de prisonniers politiques au Nicaragua.  

Le Nonce apostolique au Nicaragua visite les prisonniers politiques

Mgr Waldemar Stanislaw Sommertag, nonce apostolique au Nicaragua est allé rendre visite à des prisonniers politiques dans deux prisons du pays. Depuis le début de la contestation, plus de 700 opposants ont été jetés en prison.

Dans un Nicaragua plus que jamais divisé, le nonce apostolique dans le pays Mgr Waldemar Stanislaw Sommertag, accompagné de Mgr Andrea Piccioni, secrétaire de la nonciature, s’est rendu le 11 mars en visite au pénitencier féminin et au pénitencier national Jorge Navarro, où il a rencontré des prisonniers politiques. Selon un communiqué de la nonciature, «le nonce a eu une conversation personnelle, sincère et ouverte avec chacun des détenus, écoutant attentivement leurs propos, leurs préoccupations et leurs espoirs, il a en outre rappelé l’importance de la prière, pour sentir la proximité de Dieu avec des coeurs plein de confiance et animés par la recherche de la véritable paix.»

Rupture des négociations 

Cette visite intervient alors que la Conférence épiscopale du Nicaragua a annoncé se retirer du dialogue national, estimant qu’il s’agissait ici du devoir des laïcs. À l’issue d’une réunion d’urgence vendredi 8 mars, les évêques ont annoncé qu'ils refusaient d'être «physiquement dans la salle de négociations» et qu'ils se consacreraient à leur «mission prophétique» et à «la prière» pour «que le Nicaragua trouve des chemins civilisés et justes pour une solution pacifique» à la crise.  

Depuis le début de la crise au Nicaragua, les hommes d'Église ont été la cible d'insultes et d'agressions de la part de partisans du régime, policiers ou paramilitaires, notamment parce qu'ils portaient assistance dans leurs églises à des manifestants blessés.

Les manifestations contre le gouvernement de l’ex-guérillero Daniel Ortega ont débuté le 18 avril 2018. Les violences politiques ont fait plus de 325 morts, la plupart dans les rangs des manifestants, tandis que plus de 700 opposants ont été jetés en prison. Plusieurs dizaines de milliers de Nicaraguayens ont en outre pris le chemin de l'exil.

12 mars 2019, 12:16