Cerca

Vatican News
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau au Parlement d'Ottawa, le 18 mars 2019 Le Premier ministre canadien Justin Trudeau au Parlement d'Ottawa, le 18 mars 2019  

Canada: Justin Trudeau empêtré dans une crise politique sans précédent

L’ancienne ministre de la justice a provoqué la pire crise politique du mandat de Justin Trudeau. Judy Wilson-Raybould accuse le gouvernement et le premier ministre de pressions pour éviter un procès au géant du BTP canadien, accusé de corruption. Les Libéraux sont en chute dans les sondages à quelques mois des élections fédérales d’octobre.

Entretien réalisé par Marie Duhamel – Cité du Vatican

Au Canada, il semble loin le temps où Justin Trudeau, le jeune député de 44 ans et étoile montante du parti libéral, renversait l’échiquier politique et remportait les élections fédérales de 2015. Son gouvernement est en eaux troubles.

Tout a commencé début février par la publication d’un article de presse dans le quotidien The Globe and Mail. L’ancienne ministre de la justice rétrogradée ministre des Anciens combattants lors d’un mini-remaniement en janvier, Judy Wilson-Raybould, aurait subi des «pressions excessives» de la part de Justin Trudeau et plusieurs de ses proches afin qu’elle négocie au titre de directrice des procureurs, un accord «hors cour (de justice)» avec SNC-Lavalin, le géant du BTP canadien.  

L’entreprise canadienne qui emploie 50 000 personnes dans le monde dont 9 000 au Canada est accusée de corruption pour avoir versé 32 millions d’euros de pots de vin à des responsables libyens entre 2001 et 2011 pour obtenir d’importants contrats dans le pays, du temps de Mouammar Khadafi.

En cas de condamnation pénale, le groupe serait privé de contrats publics pendant 10 ans. Son avenir économique serait menacé.

Le Premier ministre Trudeau a reconnu avoir appelé au téléphone Judy Wilson-Raybould. Début février, il a concédé une dégradation de la relation de confiance entre son bureau et l’ancienne ministre, tout en démentant une intervention «inappropriée». «L’intégrité de nos institutions n’a jamais été atteinte, l’indépendance de notre système de justice a toujours été défendue et soutenue», a-t-il assuré lors d’une conférence de presse début mars.

Toujours est-il qu’en dénonçant ces pressions, et en remettant sa démission, Judy Wilson-Raybould a provoqué la pire crise politique du gouvernement Trudeau, en quatre ans de pouvoir. L’affaire a poussé les Canadiens à se positionner. Daniel Béland est directeur de l’institut d’études canadiennes de l’université Mcgill à Montréal.

Entretien avec Daniel Béland, université Mcgill (Montréal)
25 mars 2019, 08:22