Cerca

Vatican News
Un militant pour le camp présidentiel aborant une tenue traditionnelle, lors d'un meeting le vendredi 22 février 2019. Un militant pour le camp présidentiel aborant une tenue traditionnelle, lors d'un meeting le vendredi 22 février 2019.   (ANSA)

Présidentielle au Sénégal: le pari de Macky Sall

La campagne pour l’élection présidentielle vient de s’achever au Sénégal. Quatre candidats affrontent le président sortant Macky Sall, qui vise une réélection dès le premier tour.

Dimanche 24 février, près de 6,4 millions d’électeurs sénégalais sont invités aux urnes pour élire leur président. Un scrutin marqué par l'invalidation des candidatures de Karim Wade, fils et ancien ministre du prédécesseur de Macky Sall, Abdoulaye Wade, et du maire déchu de Dakar Khalifa Sall, dissident du Parti socialiste (PS). Tous deux sont frappés par des condamnations judiciaires. Pour la première fois depuis 1978, ni le PS ni le Parti démocratique sénégalais (PDS, libéral) d'Abdoulaye Wade, ne présentent leur propre candidat. Par ailleurs, d’autres candidatures ont été invalidées par le Conseil constitutionnel. Cinq candidats s’affrontent donc pour le siège suprême, dont le président sortant Macky Sall, qui vise une réélection dès le premier tour.

Le bilan de Macky Sall 

Les premiers résultats sont attendus dès la fermeture des bureaux de vote, vers 18 heures ce dimanche. Cependant les résultats officiels ne seront connus qu’à partir du 25 ou du 26 février. Un éventuel second tour se tiendrait le 24 mars. Pour éviter la confrontation lors du second tour, Macky Sall compte sur son bilan, marqué par le Plan Sénégal émergent (PSE). Une feuille de route qui constitue le référentiel de la politique économique et sociale du pays sur le moyen et le long terme.

Dans le cadre du PSE, des routes, des pistes, des ponts et de nombreuses infrastructures ont vu le jour. Mais Macky Sall est critiqué dans le choix de ses priorités, explique Doudou Sidibé, enseignant-chercheur en science politique et professeur à l’ENA, «Il y a des questions sociales qu’il faut prendre en charge comme l’éducation, il a construit des universités, des collèges, des lycées… mais globalement l’éducation ne marche pas». Le président sortant compte alors sur un deuxième mandat pour pour piloter la deuxième phase du PSE.  

Le Sénégal, qui a connu deux alternances, en 2000 et en 2012, et aucun coup d'État, fait figure de modèle démocratique en Afrique, mais les campagnes électorales y sont souvent émaillées d'accusations de corruption, de désinformation et de violences. Des affrontements ont fait deux morts le 11 février à Tambacounda, à 420 km à l'est de Dakar, entre partisans de Macky Sall et d'Issa Sall.

Quelles sont les chances de Macky Sall? La réponse de Doudou Sidibé, enseignant-chercheur en science politique et professeur à l’ENA.  

Interview du spécialiste Doudou Sidibé
23 février 2019, 11:16