Cerca

Vatican News
Au Nigéria, 25% des femmes âgées de 15 à 49 ans sont victimes de mutilations génitales. Au Nigéria, 25% des femmes âgées de 15 à 49 ans sont victimes de mutilations génitales.   (AFP or licensors)

Mutilations génitales: seul l’Antarctique est épargné

C’est une torture faite pour humilier la femme et atteindre son intégrité physique: l’excision. Mercredi 6 février se tenait la journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales.

Entretien réalisé par Marine Henriot - Cité du Vatican

200 millions de femmes et de filles dans le monde sont victimes de mutilations génitales, aussi appelées excisions. Un terme qui recouvre toutes les interventions incluant une ablation partielle ou totale des organes sexuels externes de la femme, ou autre lésion des organes sexuels féminins. Une mutilation qui atteint directement l’intégrité physique de la femme et perpétue l’inégalité des genres. En Somalie, 98 % des femmes de moins de 50 ans ont été mutilées, 97% en Guinée, et 87% en Égypte.  

Torture sans frontières 

Mais la pratique n’est pas réservée au continent africain, «le seul continent qui n’est pas concerné est l'Antarctique», explique Isabelle Gillette-Faye, spécialiste des violences spécifiques ou pratiques traditionnelles néfastes, directrice générale de la Fédération nationale GAMS et vice présidente de l’association Excisions Parlons-en!. En effet, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique latine, l’excision est pratiquée par les populations autochtones, mais les mutilations traversent les frontières avec les diaspora. En France, 60 000 femmes seraient concernées, 500 000 au sein de l’Union européenne.

Interview de Isabelle Gillette-Faye

Le sujet, douloureux, est évoqué entre les lignes dans le document sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune signé aux Émirats Arabes Unis lundi 4 février par le Saint Père et le Grand Imam d’Al-Azhar, Ahmad Al-Tayeb: «On doit cesser toutes les pratiques inhumaines et les coutumes courantes qui humilient la dignité de la femme et travailler à modifier les lois qui empêchent les femmes de jouir pleinement de leurs droits.», peut-on lire dans cette déclaration exceptionnelle.

07 février 2019, 16:30