Cerca

Vatican News
Samedi dernier à Paris, les manifestations des "gilets jaunes" ont dégénéré en violences Samedi dernier à Paris, les manifestations des "gilets jaunes" ont dégénéré en violences  (ANSA)

Gilets jaunes : face à la violence, retrouver le sens du dialogue

Alors que les craintes d’une nouvelle flambée de violence sont vives à l’approche de nouvelles manifestations ce 8 décembre, de nombreuses voix d’Eglise en France invitent à retrouver la raison pour rétablir la paix sociale

Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican

La France retient son souffle ce samedi: de nombreuses manifestations de “gilets jaunes” sont prévues partout dans l’hexagone et à Paris en particulier où les autorités craignent une nouvelle flambée de violence. Ces manifestations se veulent l’écho du ras-le-bol fiscal qui traverse le pays, mais auquel se sont agrégées des revendications multiples, souvent avancées avec colère.

Pas moins de 8 000 policiers et CRS seront mobilisés dans la capitale pour prévenir les débordements de nombreux casseurs qui veulent en découdre, et dont les appels à manifester violemment ont été relayés sur les réseaux sociaux.

En cours depuis trois semaines maintenant, ces manifestations sont le symptôme d’une France qui va mal et posent de nombreuses questions sur la capacité du pouvoir politique à répondre aux angoisses des classes moyennes. Entre mutisme du président Emmanuel Macron et reculades peu claires du gouvernement sur les taxes, la réponse du pouvoir n’a pas calmé les rancœurs. Il semble même qu’elle les ait exacerbées.

Retrouver la voie du dialogue

Dans ce climat délétère, nombreuses sont les voix qui appellent au calme et invitent à retrouver le sens du dialogue. C’est le cas notamment de l’Eglise de France. Dans un message publié le 6 décembre, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France rappelle que les violences «ne mènent à rien et ne peuvent être en aucun cas un mode d’expression du malaise ressenti» et appelle chaque citoyen à la responsabilité. «Nous sommes tous responsables du dialogue, écrit-il, et seul un dialogue courageux et constructif pourra contribuer à la recherche du bien commun».

 

A tour de rôle, plusieurs évêques se sont à leur tour exprimés pour inviter à dépassionner les débats, à retrouver la voie de la raison et à prier pour la France, en cette période de l’Avent. Des mots partagés par les évêques de Normandie qui ont signé ce vendredi une tribune commune.

«La sortie de crise ne se fera pas si on considère qu’il s’agit d’un face à face entre citoyens et gouvernants où chacun serait sommé de choisir son camp» écrivent-ils, invitant «les chrétiens, les hommes et les femmes de bonne volonté à participer à tout débat».

«Dans ces débats, poursuivent les évêques normands, les corps intermédiaires que sont la famille, l’école, les associations, les organisations syndicales, les partis politiques, les collectivités territoriales, les institutions doivent être reconnus».

La tribune des évêques de Normandie insiste aussi sur l’importance de ne pas avoir seulement des réponses économiques. Il faut y retrouver le sens de la solidarité, protéger la famille, préserver les initiatives de solidarité.

Mgr Dominique Lebrun, l’archevêque de Rouen revient sur le sens de cette prise de parole.

Entretien avec Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen

 

 

 

07 décembre 2018, 17:22