Cerca

Vatican News
Zonayed Saki, candidat de l'alliance démocratique de gauche, en campagne dans les rues de Dacca, le 12 décembre 2018. Zonayed Saki, candidat de l'Alliance démocratique de gauche, en campagne dans les rues de Dacca, le 12 décembre 2018.  (ANSA)

Bangladesh: un début de campagne marqué par la violence

La campagne électorale pour les élections législatives du 30 décembre au Bangladesh est assombrie par des violences. Des affrontements entre camps politiques rivaux ont fait, mardi 11 décembre, un mort et une centaine de blessés.

Entretien réalisé par Hélène Destombes - Cité du Vatican

De violents heurts entre partisans du camp au pouvoir, la ligue Awami, et du principal mouvement d’opposition, le Parti nationaliste du Bangladesh, ont éclaté dans plusieurs villes du pays. Les soutiens aux candidats rivaux se sont notamment affrontés à coups bâtons et de jets de pierre. 

Ces troubles interviennent alors que le BNP dénonce une vague de répression contre ses membres, ces dernières semaines. Des centaines de partisans du principal mouvement d'opposition sont actuellement derrière les barreaux, dont la chef et ancienne première ministre Khaleda Zia. Elle est en détention depuis février dernier et purge une peine de 10 ans de prison pour corruption.

Face à face: deux rivales historiques

Khaleda Zia ne pourra donc représenter le BNP face à sa rivale historique, la première ministre Sheikh Hasina, à la tête du pays depuis 2009. En 2014, le parti et ses alliés avaient boycotté les élections. Cette année, il devrait participer au scrutin mais le BNP n’a pas encore désigné son candidat.

Depuis le début des années 1990 et la démocratisation du pays, la vie politique du Bangladesh s’articule autour de l’affrontement entre les deux principaux partis d’opposition. Pour Jérémie Codron, enseignant-chercheur à l’Inalco, à Paris, nous assistons aujourd’hui à «un phénomène de capture du pouvoir». Il revient sur «l’affrontement entre deux dynasties politiques» incarnées par Sheikh Hasina et Khaleda Zia, et sur le contexte dans lequel se déroule la campagne.

Entretien avec Jérémie Cordon, enseignant-chercheur à l’Inalco

 

17 décembre 2018, 06:57