Recherche

Vatican News
Des soldats, membres des Forces de sécurité du Kosovo, ont assisté au vote modifiant leur mandat, ce vendredi 14 décembre Des soldats, membres des Forces de sécurité du Kosovo, ont assisté au vote modifiant leur mandat, ce vendredi 14 décembre  (AFP or licensors)

10 ans après l'indépendance, le Kosovo se dote d’une armée

Un ministère de la Défense sera institué, le mandat des forces de sécurité modifié et ses missions définies. Les députés albanais du Kosovo ont voté, unanimes, en faveur de la transformation de leurs troupes en armée nationale, malgré les mises en gardes de Belgrade, Bruxelles et de l’Otan.

Entretien réalisé par Marie Duhamel – Cité du Vatican

Le parlement du Kosovo a voté ce vendredi la transformation des forces de sécurité du pays en une véritable armée nationale. La loi, votée à l’unanimité par les députés albanais, a été boycottée par les députés serbes. L’Union européenne et l’OTAN s’opposaient également à ce vote, reprochant à Pristina un renforcement des tensions avec le voisin serbe.

Vingt ans après la guerre, la défiance reste forte. On est loin de la normalisation de la relation entre les deux pays. La Serbie refuse de reconnaitre l’indépendance déclarée unilatéralement par son ancienne province il y a dix ans, bien qu’un quart des Serbes estiment aujourd’hui le Kosovo perdu, comme l’indique un récent sondage.

Ce vendredi, après le vote, la Serbie en général plus belliqueuse a joué l’apaisement. La Première ministre serbe a assuré que Belgrade «continuera sur le chemin de la paix et de la stabilité».

Il faut dire que l’importance de cette future armée kosovare est à relativiser. Jean-Arnault Dérens est rédacteur en chef du Courrier des Balkans. Il est également l’auteur, avec Laurent Geslin, de Là où se mêlent les eaux. Des Balkans au Caucase. Dans l’Europe des confins publié aux éditions La Découverte.

Entretien avec Jean-Arnault Dérens
14 décembre 2018, 19:28