Cerca

Vatican News
Des partisans du candidat de l'opposition Martin Fayulu, à Kinshasa, le 21 novembre dernier Des partisans du candidat de l'opposition Martin Fayulu, à Kinshasa, le 21 novembre dernier   (AFP or licensors)

La RDC fébrile à un mois des élections présidentielles

La campagne électorale a officiellement débuté en République démocratique du Congo jeudi 22 novembre 2018. Le scrutin présidentiel, législatif et provincial suscite de nombreuses attentes dans le pays mais également des incertitudes et inquiétudes, en particulier en terme de sécurité.

Entretien réalisé par Hélène Destombes - Cité du Vatican

21 candidats se sont lancés dans la course à la présidentielle du 23 décembre prochain en RDC. Face à Emmanuel Ramazani Shadary, ex ministre de l’intérieur, candidat du président Joseph Kabila, une opposition divisée. D’un côté, le député Martin Fayulu, désigné à Genève candidat à la présidentielle, de l’autre une union formée par l’UDPS de Félix Tshisekedi, soutenu par Vital Kamerhe, ancien président de l'Assemblée nationale.

Le 12 novembre dernier Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe avaient dénoncé l'accord passé avec cinq autres opposants pour désigner à la surprise générale Martin Fayulu «candidat unique de l'opposition». Ils avaient invoqué la pression des «bases» de leurs partis respectifs (UDPS et UNC) pour se retirer de cet accord signé à Genève.

Les évêques de RDC se sont exprimés dans un message appelant à des «élections libres, transparentes, crédibles et apaisées». Ils exhortent au respect des principes démocratiques et réclament «le parachèvement des mesures de décrispation politique telles que prévues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre» du 31 décembre 2016.

La campagne électorale doit prendre fin le 21 décembre. Son ouverture constitue un soulagement pour la population alors que le mandat du président Kabila devait s’achever le 20 décembre 2016. Et même si ce scrutin se présente comme une véritable course d’obstacles, l’essentiel est qu’il puisse se tenir, selon Lino Pungi professeur à l'Université catholique du Congo, à Kinshasa.

Entretien avec Lino Pungi professeur à l'Université catholique du Congo
27 novembre 2018, 08:32