Cerca

Vatican News
Theresa May, Première ministre britannique Theresa May, Première ministre britannique  (AFP or licensors)

Quelle période de transition après le Brexit?

Après le vote des 27 validant l’accord de sortie du Royaume-Uni s’ouvre une période de transition incertaine, à commencer pour les Britanniques.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican

Theresa May réunit son cabinet ce lundi 26 novembre. La cheffe du gouvernement britannique a une lourde responsabilité sur les épaules après l’accord de sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne validé ce dimanche par les chefs d’états et de gouvernements des 27 à Bruxelles.

Cet accord sur le Brexit, conclu après 17 mois de douloureuses et complexes négociations, doit encore être soumis au parlement à Westminster, et suscite beaucoup d’interrogations en Grande-Bretagne tant les camps sont encore divisés. Le Labour comme les «Brexiters», les plus durs du parti conservateur au pouvoir, ou encore les unionistes nord-irlandais voteront contre. «Si les gens pensent qu'on peut encore négocier, ce n'est pas le cas,  a déclaré Theresa May après le vote européen. «C'est l'accord qui est sur la table, c'est le meilleur accord possible, c'est le seul possible», a t-elle expliqué.

Après la réunion de son cabinet, la cheffe du gouvernement doit venir devant le parlement lundi après-midi pour expliquer cet accord et tenter de convaincre les réticents. Une tâche qui s’annonce particulièrement ardue.

Le vote pour la sortie d’un membre de l’Union Européenne est en tout cas une première historique. Si pour le président de la Commission Européenne Jean-Claude Junker, la sortie actée de Londres, le 29 mars prochain est «une tragédie», elle est en tout cas inédite, et pose de nombreuses questions. Processus complexe, le Brexit vient montrer que l’intégration européenne est une idée trop méconnue par de nombreux citoyens. Elle est pourtant une chance dans le monde d’aujourd’hui nous explique Elvire Fabry, docteur en Science politique et chercheuse à l’Institut Jacques Delors à Paris.

Entretien avec Elvire Fabry, Institut Jacques Delors
26 novembre 2018, 15:57