Cerca

Vatican News
Le chercheur chinois He Jiankui a indiqué, à l’ouverture du sommet, observer «une pause dans les essais cliniques compte tenu de la situation actuelle». Le chercheur chinois He Jiankui a indiqué, à l’ouverture du sommet, observer «une pause dans les essais cliniques compte tenu de la situation actuelle».   (ANSA)

L’édition du génome humain en question à Hong Kong

Les premiers bébés génétiquement corrigés seraient nés en Chine. C’est ce qu’affirme un scientifique chinois. Cette annonce n'a toutefois fait l'objet d'aucune publication scientifique. Elle relance néanmoins les questionnements éthiques.

Entretien réalisé par Hélène Destombes - Cité du Vatican

Du 27 au 29 novembre, Hong Kong accueille le deuxième sommet international sur l’édition du génome humain. Une rencontre qui rassemble des chercheurs venus du monde entier. Ces dernières années, les recherches dans ce domaine ont continué de progresser. Plusieurs outils sont en plein essor, notamment CRISPR-Cas9 ou les «ciseaux génétiques».

Cette technique, peu coûteuse et relativement facile à mettre en place, permet de corriger des fragments d'ADN défectueux. Elle pose plusieurs questions en particulier en terme de régulation internationale et d’éthique. 

À la veille de ce sommet, un chercheur chinois a annoncé avoir utilisé cet outil et donné naissance à des jumelles dont l'ADN a été modifié pour les rendre résistantes au virus du sida. Des travaux qui n'ont pas été vérifiés de façon indépendante, et qui ont été vivement critiqué par de nombreux experts.

L'université de Shenzhen, dont est issu le chercheur a elle-même affirmé avoir été «profondément choquée par cet événement» évoquant une violation de «l'éthique académique et des codes de conduite». He Jiankui a indiqué, à l’ouverture du sommet, observer «une pause dans les essais cliniques compte tenu de la situation actuelle».

L’annonce de ces naissances, si elle était confirmée, constituerait une première mondiale, soulevant de nombreux questionnements sur lesquels revient Marie-Jo Thiel. Elle est professeure d'éthique à la Faculté de théologie catholique de l'Université de Strasbourg, et membre de l'Académie pontificale pour la Vie.

Entretien avec Marie-Jo Thiel, membre de l'Académie pontificale pour la Vie
29 novembre 2018, 06:56