Cerca

Vatican News
Les forêts libanaises en danger par le réchauffement climatique. Les forêts libanaises en danger par le réchauffement climatique.  (AFP or licensors)

COP24: l’ONU s’inquiète de la hausse des émissions de CO2 dans le monde

À 4 jours de la conférence mondiale sur le climat à Katowice en Pologne, l’écart entre les émissions de gaz à effet de serre et les objectifs de la COP21 n’a jamais été aussi grand, alerte l’ONU dans un rapport «Emissions Gap Report 2018», présenté mardi 27 novembre 2018.

Après d’encourageantes stabilisations entre 2014 et 2016, les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse en 2017, atteignant un record historique de plus de 53 milliards de tonnes, soit 0.7 gigatonne de plus qu’en 2016. 

Ainsi le constat de l’ONU aujourd’hui est sans appel. Pour ne pas dépasser les 2 degrés de réchauffement institués par l’Accord de Paris, les pays doivent tripler leurs efforts.

En l’état actuel des choses, si les engagements des États étaient seulement tenus, les experts scientifiques tableraient sur un réchauffement de 3,2 °C d’ici à la fin du siècle.

Ces émissions de gaz à effet de serre sont largement tirées vers le haut par la Chine et l’Inde. Mais le rapport onusien paru mardi note que les pays du G20 pris dans leur ensemble, ne pourront pas respecter leurs engagements d’ici 2030, s’ils n’infléchissent pas leurs politiques.

Au-delà des États, l’action climatique est aussi soutenue par les acteurs non étatiques. Selon le rapport, 7 000 villes de 133 pays, aux côtés de 6 000 entreprises, ont pris des engagements pour limiter le réchauffement. Des chiffres positifs mais biaisés. En effet d’après le programme Environnement de l’ONU, ces initiatives ne représentent que 20% de la population mondiale.

28 novembre 2018, 08:23