Cerca

Vatican News
Mohammed Ben Salmane, prince héritier d'Arabie saoudite. Mohammed Ben Salmane, prince héritier d'Arabie saoudite.  (ANSA)

Affaire Khassogi: l'Arabie Saoudite en ligne de mire

Malgré le soutien indéfectible des États-Unis, le prince Mohamed Ben Salmane est en première ligne dans le scandale de l’assassinat du journaliste dissident Jamal Khashoggi.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican

Il y a un an encore, il était présenté comme celui qui ferait entrer l’Arabie Saoudite dans une nouvelle ère, celle des réformes, ouvrant progressivement les portes du royaume wahhabite aux standards occidentaux. La presse internationale louait le prince héritier Mohamed Ben Salmane, choisi par son père le roi Salmane pour régner à sa suite. Le jeune prince de 33 ans a en effet été le visage des quelques transformations sociétales du pays, comme l’ouverture de la conduite aux femmes ou de cinémas, les premiers dans le royaume. 

 

Mais depuis l’assassinat sordide, le 2 octobre dernier de Jamal Khashoggi dans le consulat d’Istanbul, Mohamed Ben Salmane offre un tout autre visage, celui d’un régime prêt à éliminer brutalement les voix dissidentes. Selon plusieurs pays, Turquie en tête, le jeune souverain a joué un rôle-clé dans le meurtre du journaliste. La CIA elle-même, après une enquête approfondie, s’est dite persuadée que le prince héritier avait bel et bien ordonné l'assassinat de Jamal Khashoggi.

Malgré les accusations accablantes, l’administration américaine a fait savoir qu’elle ne romprait pas avec son allié stratégique saoudien. La France comme l’Allemagne ont annoncé des sanctions contre plusieurs responsables saoudiens qui seraient impliqués dans l’élimination de Khashoggi.

Aujourd’hui, le prince héritier joue sa crédibilité internationale. Le prochain sommet du G20 (30 novembre-1er décembre) en Argentine où Ben Salmane est attendu, fera figure de test. Dans le royaume, certains ont demandé sa tête. L’affaire Khashoggi peut-elle raviver les tensions au sein de la dynastie en place à Ryad? L’éclairage d’Olivier Da Lage, journaliste à Radio France Internationale, spécialiste de la péninsule arabique.

Entretien avec Olivier Da Lage
23 novembre 2018, 08:06