Cerca

Vatican News

Le Conseil de l’Europe décerne le Prix Vaclav Havel à Oïoub Titiev

Le Conseil de l’Europe a remis lundi 8 octobre son prix Vaclav Havel 2018 au militant tchétchène Oïoub Titiev. Responsable de Memorial dans cette république russe du Caucase, il est emprisonné depuis janvier 2018.

Entretien réalisé par Xavier Sartre – Cité du Vatican

Créé en 2013 par le Conseil de l’Europe, le Prix Vaclav Havel récompense des actions exceptionnelles de la société civile dans la défense des droits de l’Homme. Cette année, il a été remis «à un éminent défenseur des droits humains» qui «a dénoncé les abus commis par les forces de l’ordre et les autorités locales» en Tchétchénie, selon la présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, la Suissesse Liliane Maury-Pasquier.

Oïoub Titiev est le directeur de l’antenne tchétchène de l’ONG russe Memorial, très active depuis sa création en 1989, et dont le travail est reconnu dans tout le pays et à l’étranger. «Ce prix est une manifestation de reconnaissance par rapport au travail que lui-même et Memorial mènent, c’est aussi un message à toutes celles et ceux qui travaillent dans cette région pour affirmer les principes de l’État de droit et des droits humains : continuez votre action», a déclaré la présidente de l’Assemblée.

Or Oïoub Titiev est incarcéré depuis janvier 2018 après que la police a retrouvé de la drogue dans sa voiture. Selon la chercheuse Aude Merlin, de l’Université Libre de Bruxelles, c’est «absolument invraisemblable». Selon elle, cette affaire a été fabriquée pour mettre hors-jeu un observateur très attentif des violations des droits de l’Homme dans cette république du Caucase.

L’incarcération d’Oïoub Titiev s’inscrit dans un cadre plus général de ce que les autres militants au cours des vingt dernières années ont subi.

Entretien avec Aude Merlin, chercheuse à l’Université Libre de Bruxelles
09 octobre 2018, 16:50