Version Béta

Cerca

Vatican News
Consulat d'Arabie Saoudite, Istanbul, 17 octobre 2018 Consulat d'Arabie Saoudite, Istanbul, 17 octobre 2018  (AFP or licensors)

Affaire Khashoggi : l’Arabie saoudite mise au pied du mur

L’Arabie saoudite semble au pied du mur dans l’affaire Khashoggi. Face aux répercussions de cette affaire au niveau international, Ryad doit sauver la face. Elle peut compter sur l’appui contraint des États-Unis.

Entretien réalisé par Xavier Sartre – Cité du Vatican

 

L’affaire Khashoggi est bien devenue un cas diplomatique. Après avoir rencontré mardi les autorités saoudiennes, Mike Pompeo, le secrétaire d’Etat américain, s’est entretenu ce mercredi 17 octobre avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan de la disparition du journaliste saoudien.

Selon des éléments rapportés par la presse et distillés par la Turquie, Jamal Khashoggi, connu aux États-Unis pour ses chroniques dans la presse, aurait bien été assassiné entre les murs du consulat saoudien d’Istanbul. Mais depuis quelques jours, Washington tente de dédouaner le pouvoir saoudien pour préserver ses relations avec un allié incontournable.

David Rigoulet-Roze, chercheur rattaché à l’Institut français d’analyses stratégiques, rédacteur en chef de la revue Orient stratégique, revient sur cette relation complexe entre États-Unis et Arabie saoudite et sur ce qu’elle révèle du pays dirigé par le prince héritier Mohammed Ben Salmane

Entretien avec David Rigoulet-Gouze, , chercheur à l’Institut français d’analyses stratégiques
18 octobre 2018, 07:04