Version Béta

Cerca

Vatican News
Les forces armées des Comores devant la médina de la capitale d'Anjouan, le 19 octobre 2018. Les forces armées des Comores devant la médina de la capitale d'Anjouan, le 19 octobre 2018.   (AFP or licensors)

Les insurgés prennent les armes dans l'archipel des Comores

Depuis lundi 19 octobre, insurgés et armée des Comores s'affrontent sur l'île d'Anjouan, les insurgés demandant la libération de prisonniers et le retour à la présidence tournante du pays entre les trois îles de l'archipel.

Marine Henriot - Cité du Vatican

Le paradisiaque archipel des Comores abrite des combats entre rebelles armés et l’armée du gouvernement. Depuis lundi 15 octobre, les habitants de Mutsamudu sur l'île d’Anjouan vivent au rythme de violences nocturnes et des couvres-feu. Car si les journées paraissent calmes, les armes sortent le soir. Plusieurs personnes auraient été tuées selon les autorités comoriennes, des témoins font état de plusieurs blessés selon l’AFP.

Selon les autorités, c’est le parti Juwa, mené par l’opposant et ancien président de l’archipel Abdallah Sambi, originaire d’Anjouan, qui est à l’origine des violences qui ont éclaté lorsque les forces de l’ordre ont démantelé les barricades érigées par les manifestants.

Un référendum contesté

Les rebelles réclament la libération de prisonniers, la démission du président Azali Assoumani et le retour à la constitution de 2001 qui garantit une présidence tournante du pays entre les trois îles comoriennes. En effet, depuis 2001, la présidence était attribuée tous les cinq ans à un représentant de l’une des trois îles du pays, Grande-Comore, Anjouan et Mohéli. Anjouan devait ainsi prendre la prochaine présidence. La constitution a été modifiée lors d’un référendum contesté le 30 juillet dernier. Par ailleurs, le président Azali Assoumani, ex-putschiste, élu en 2016, a annoncé son intention d’organiser un scrutin présidentiel anticipé, ce qui lui permettrait de remettre les compteurs électoraux à zéro et de régner sur l'archipel, en cas de victoire, jusqu'en 2029.

«La population est très fatiguée car il y a une chape de dictature sur les Comores», nous explique Abdelaziz Riziki Mohamed, politologue, juriste et auteur de l’ouvrage «Sociologie politique des Comores».

“ La population revendique le rétablissement des libertés, aujourd’hui personne n’a le droit de parler sauf pour chanter les louanges du président ”

Inextricable medina

Le juriste, basé dans l'île voisine de Mayotte, est pessimiste quant à une issue rapide du conflit, la première crise séparatiste ayant mis onze ans à se résoudre. Pour lui, seule une démission du président peut stopper les violences. «La seule façon de faire entendre raison au président c’est la violence,  et aujourd’hui les Comoriens décident de l’utiliser pour lui faire comprendre qu’eux aussi peuvent employer la violence».

Les combats se tiennent dans le coeur de la capitale d’Anjouan, la médina de Mutsamudu, un piège mortel pour les militaires, dont les rebelles retranchés connaissent les moindres dédales. «Toute la stratégie des insurgés était d’amener les militaires dans la médina, car pour eux, il sera difficile de sortir vivant», détaille Abdelaziz Riziki Mohamed. Mais les forces gouvernementales encerclent la médina et aujourd’hui les manques se font ressentir, certains habitants n’ont plus accès à l’eau depuis quatre jours.

A 70 km de là, l'île française de Mayotte reçoit les premières répercussions du conflit, de nombreux blessés par balles remplissent les hôpitaux de Mamoudzou.

Vendredi 19 octobre dans l’après-midi, les autorités ont proposé aux rebelles de rendre les armes contre une impunité. L’ultimatum expire à 19h.

19 octobre 2018, 17:15