Version Béta

Cerca

Vatican News
Le premier enjeu de la conférence onusienne tournera autour de la création d’aires maritimes protégées. Le premier enjeu de la conférence onusienne tournera autour de la création d’aires maritimes protégées.  (AFP or licensors)

L’ONU va réglementer les hautes mers des océans

Une grande conférence internationale sur l'avenir des océans a débuté le 4 septembre à New-York. Objectif: négocier un texte juridiquement contraignant pour protéger la haute mer. Car aujourd'hui, cet espace qui compose les deux tiers des océans n’appartient à personne.

Entretien réalisé par Delphine Allaire – Cité du Vatican

La conférence intergouvernementale (CIG) a débuté ce mardi 4 septembre 2018 à l’ONU et s’étalera sur deux semaines. Il s’agit de la première d’une série de quatre sessions qui se tiendront jusqu’en 2020. Objectif: conclure un nouveau traité juridiquement contraignant sur la haute mer, aujourd’hui zone de non-droit. 

 

Les océans ont longtemps été soumis à la doctrine de la liberté de la mer, une doctrine énoncée au XVIIe siècle et qui limitait en substance la juridiction et les droits nationaux sur les océans à une bande étroite entourant le littoral d’un pays. Le reste des océans était déclaré libre pour tous et n’appartenait à personne. Cette situation a prévalu jusqu’au XXe siècle, période au cours de laquelle des revendications nationales sur les ressources extracôtières sont apparues.  

Toutes les zones de mer distantes d’au moins 370 kilomètres des littoraux sont aujourd’hui affranchies de toute loi, et donc en proie à la piraterie, aux pillages ou encore au trafic... Mais aussi à l’exploitation sauvage des ressources naturelles.

Pourquoi protéger ces zones, quelle est leur valeur ? Christian Buchet, directeur du Centre d'étude de la mer de l'Institut catholique de Paris et auteur de «La Grande Histoire vue de la mer» aux éditions Cherche Midi, nous explique comme seul un cadre juridique pourra sauver ces zones de la surpêche et de la pollution.

Entretien avec Christian Buchet, directeur du Centre d'étude de la mer de l'Institut catholique de Paris
05 septembre 2018, 15:50