Version Béta

Cerca

Vatican News
Fernando Haddad, candidat du Parti des Travailleurs, durant un meeting électoral le 12 septembre 2018. Fernando Haddad, candidat du Parti des Travailleurs, durant un meeting électoral le 12 septembre 2018.  (ANSA)

Brésil, imprévisible présidentielle

Les Brésiliens connaissent désormais l’ensemble des noms des candidats à la présidentielle du 7 octobre. Mais les récents événements bouleversent le champ politique et crée une grande incertitude.

Entretien réalisé par Xavier Sartre – Cité du Vatican

Un candidat d’extrême-droite au discours incendiaire victime d’une tentative d’assassinat, un favori des sondages contraint de se retirer sur décision de justice et remplacé au pied levé. La campagne électorale pour la présidentielle du 7 octobre ressemble à un grand chamboule-tout au Brésil. 

Jair Bolsonaro, en tête des intentions de vote pour le premier tour, candidat du Parti social libéral, a été poignardé à l’abdomen jeudi 6 septembre. Depuis il est hospitalisé et continue de faire campagne depuis son lit.

Luiz Ignacio Lula da Silva, ancien chef de l’État, candidat à un troisième mandat, mais incarcéré pour corruption et blanchiment d’argent, a dû renoncer à défendre les couleurs du Parti des Travailleurs (PT). Il a adoubé finalement Fernando Haddad juste avant la clôture des candidatures.

Scandales de corruption

Le paysage politique brésilien est en ruine depuis plus de deux ans. Les révélations apportées par le scandale Petrobras en matière de corruption de la classe politique, a depuis entrainé, entre autres, l’arrestation et la mise hors-jeu de Lula, la destitution de sa successeur Dilma Rousseff, sans que le président par intérim, Michel Temer, ne permette de redonner un lustre aux élus.

C’est dans ce climat que se joue la présidentielle d’octobre. Les Brésiliens ont face à eux une scène politique polarisée où les tensions sont vives comme le prouve la tentative d’assassinat contre Jaire Bolsonaro. Frédéric Louault, professeur à l’Université Libre de Bruxelles, revient sur l’état d’esprit des Brésiliens à moins d’un mois du scrutin.

Interview de Frédéric Louault, professeur à l’Université Libre de Bruxelles
13 septembre 2018, 08:18