Version Béta

Cerca

Vatican News
La manifestation de l'AfD à Chemnitz le 1er septembre 2018. La manifestation de l'AfD à Chemnitz le 1er septembre 2018.   (ANSA)

Manifestations xénophobes en Allemagne: la nécessité du dialogue

Nouvelle manifestation de l’extrême droite en Allemagne, dans la ville de Chemnitz. Une manifestation xénophobe à l’appel de l’AfD, parti d'extrême droite. Plusieurs chasses aux étrangers ont déjà eu lieu dans cette ville de Saxe. Une seule solution selon le professeur Gerhard Kruip pour apaiser le climat social : dialoguer.

Marine Henriot - Cité du Vatican

Une nouvelle fois ce samedi 1er septembre, le parti d’extrême droite allemand l'Afd, (Alternative pour l’Allemagne) appelait à une manifestation. Un rassemblement pour faire passer un mot aux étrangers d’Allemagne: ils ne sont plus les bienvenus.

L’élément déclencheur de cette vague de manifestations contre les demandeurs d’asiles dans la Saxe est la mort d’un Allemand de 35 ans, tué à coups de couteaux en marge d’une fête locale le dimanche 26 août. Deux suspects ont été arrêtés, un Syrien et un Irakien. Un fait divers utilisé par l’AfD pour rallier des électeurs, et cette stratégie semble fonctionner. Le parti talonne désormais le parti social-démocrate dans les sondages, derrière les conservateurs d’Angela Merkel, alors que les élections régionales se profilent en Bavière et en Hesse au mois d'octobre. 

«La situation est préoccupante pour l’Allemagne, pour la culture politique du pays mais aussi pour l’économie, car nous avons besoin de cette main-d’oeuvre» nous détaille Gerhard Kruip, théologien, professeur d’anthropologie chrétienne et d’éthique sociale à l'université Jean-Gutenberg de Mayence. En effet, certaines régions allemandes souffrent d’un manque de main d’oeuvre qualifiée, notamment dans les métiers scientifiques et techniques, alors que le pays jouit d’un taux de chômage très faible, 5,2% en juin 2018, le taux le plus bas depuis la réunification du pays.

Pour le professeur, il n’y a rien de mieux que le dialogue pour apaiser la situation. «Il faut que les politiciens non seulement s’adaptent à ce pensent les gens mais aussi qu’ils essaient de les convaincre» des bienfaits des migrations, plaident Gerhard Kruip. Un dialogue politique, mais aussi religieux, «toutes les religions ont la responsabilité d’éduquer leurs adhérents».

Retrouvez l’analyse de Gerhard Kruip dans notre podcast.

Interview du professeur Gerhard Kruip

 

01 septembre 2018, 17:27