Version Béta

Cerca

Vatican News
Mike Pompeo, Secrétaire d'État américain Mike Pompeo, Secrétaire d'État américain  (AFP or licensors)

Pompeo: «Washington se défendra vigoureusement face à l'Iran»

Les États-Unis se «défendront vigoureusement». C’est la réaction sèche du Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, lundi 27 août, à la saisie par l’Iran de la Cour internationale de Justice (CIJ) pour demander une suspension des sanctions imposées par Donald Trump contre le régime iranien.

Jean-Charles Putzolu – Cité du Vatican

Washington dénonce avant tout une interférence «dans sa souveraineté nationale». Selon toute vraisemblance, les États-Unis vont plaider ce mardi 28 août l’incompétence de la Cour internationale de Justice. La veille, à la Haye, les représentants iraniens avaient exposé leur version des faits lors de la première audience publique.

Pour Téhéran, la rétablissement des sanctions américaines viole le traité d’amitié bilatéral de 1955, un traité toujours en vigueur, et dont une clause prévoit de régler les différends devant la Cour internationale. Ce recours n’est pas contenu dans l’accord multilatéral sur le nucléaire de juillet 2015, duquel les États-Unis se sont retirés, ayant ouvert la voie au rétablissement des sanctions américaines. L’Iran a donc demandé le 27 août à la Cour d’examiner le dossier de toute urgence au vu des conséquences sur l'économie nationale.

La réintroduction des sanctions le 8 mai dernier a été qualifiée «d’agression économique flagrante» par le représentant iranien à La Haye. Le Rial, la monnaie iranienne, a d’ailleurs perdu près de la moitié de sa valeur depuis avril. Sur la demande de suspension des sanctions, la Cour devrait se prononcer provisoirement d’ici deux mois. Pour parvenir à une décision finale, il faudra attendre plusieurs années.

28 août 2018, 12:09