Version Béta

Cerca

Vatican News
Plage d'Ouzai dans le sud de Beyrouth (Liban) Plage d'Ouzai dans le sud de Beyrouth (Liban)  (AFP or licensors)

Le Manta, un voilier géant pour nettoyer les océans

Chaque année, neuf millions de tonnes de plastique finissent dans la mer, mettant en péril 1400 espèces marines. C’est à partir de ce constat effrayant que le projet de nettoyage des océans «Sea Cleaners» a vu le jour. Mais c’est surtout son expérience de navigateur qui a donné envie au skipper Yvan Bourgnon de relever le défi de récolter les déchets en mer.

Entretien réalisé par Blandine Hugonnet - Cité du Vatican

Yvan Bourgnon est un marin dans l’âme. Dès l’âge de 8 ans, il suit ses parents pour un tour du monde de près de quatre années. Vainqueur de la Transat Jacques-Vabre, il se lance dans un nouveau tour du monde pendant deux ans.

Le désastre de la pollution maritime

Mais malgré la beauté de l’étendue et le bonheur de la solitude au milieu des eaux, au cours de ses multiples périples en mer, le Franco-Suisse est à plusieurs reprises confronté à la pollution des océans et aux objets rejetés dans les océans. Une pollution qui tue 100 000 mammifères marins chaque année.

En septembre 2016, celui qui se présente comme «aventurier-marin-écologiste» a ainsi décidé de lancer le projet Manta : une idée folle de construire un voilier géant fonctionnant à l’énergie propre pour collecter les déchets flottants, les trier et les compacter directement sur le navire. Une sorte d’usine à déchets des mers, de camion-poubelle des océans de la taille d’un terrain de football et pesant 30 millions d’euros.

Sensibiliser et éduquer 

La maquette du quadrimaran baptisé «Sea Cleaners» a été révélée en avril 2018, pour une mise à l’eau prévue vers 2022. Il aura une capacité de 250 tonnes de déchets ramassés.

Même si ce n’est qu’un début face à l’ampleur de la catastrophe écologique, assure Yvan Bourgnon, avec cette initiative, le navigateur compte surtout sensibiliser à la pollution maritime.

Pour le «gladiateur des mers» de 47 ans, c’est le rôle du skipper d’éduquer les populations aux dangers des déchets plastique en mer, mais aussi à leur possible recyclage, par exemple en carburant.

Entretien avec Yvan Bourgnon

 

03 août 2018, 07:24