Version Béta

Cerca

Vatican News
GREECE-FINANCE-ECONOMY-DEBT-TSIPRAS Des Grecs attendant le Premier ministre, Alexis Tsipras, le 21 août 2018 sur l'ile d'Ithaque. "D'Ithaque au monde" indique l'affiche.   (AFP or licensors)

Quel avenir pour la Grèce débarrassée des plans d'aides ?

Depuis le 21 août, à minuit, la Grèce n’est officiellement plus sous la tutelle de l’Union européenne et du Fonds Monétaire International, (FMI) mettant fin à huit ans de plans d’aides successifs.

Entretien réalisé par Delphine Allaire – Cité du Vatican

Après huit ans de tutelle des créanciers européens, l’heure d’«une nouvelle ère grecque» a sonné. C’est l’impulsion qu’a souhaité donné le Premier ministre, Alexis Tsipras, depuis Ithaque, l’ile d’Ulysse, où celui-ci est revenu après son long et difficile voyage, selon le poème d'Homère. «Un nouveau jour s'est levé», «un jour historique (...), celui de la fin des politiques d'austérité et de la récession», a-t-il lancé dans cette courte allocution prononcée en simple chemise blanche devant les cameras de la télévision publique Ert, à la lumière de midi et depuis une colline avec la baie en arrière-plan. La Grèce «reprend aujourd'hui en main son destin et son avenir», s'est-il félicité. 

Renouant avec la croissance dès 2017 et une baisse du chômage, l'économie grecque repart certes progressivement, mais il n'est pas question de lever l'austérité de ces dernières années. 

Le taux de pauvreté du pays reste élevé à plus de 20 %, et la dette, colossale: 180% du PIB.

Sofia Tozy, économiste à la Coface, spécialiste de l’Europe du Sud, nous explique les futures perspectives économiques du pays, ainsi que les leçons à tirer à l’échelle européenne de cette crise grecque.

Interview de l'économiste Sofia Tozy
22 août 2018, 08:27