Cerca

Vatican News
Une caravane de manifestants, sur la route entre Managua et Masaya au Nicaragua, le 15 juillet 2018. Une caravane de manifestants, sur la route entre Managua et Masaya au Nicaragua, le 15 juillet 2018.   (ANSA)

Un évêque visé par des paramilitaires au Nicaragua

Nouvelle journée de manifestations au Nicaragua. Au moins dix personnes ont été tuées et 20 blessées dans des attaques lancées par les forces gouvernementales dans plusieurs localités du sud, foyers de la contestation, dimanche 15 juillet 2018. Un évêque, pilier de l'Eglise du pays, a été visé par les forces paramilitaires.

Marine Henriot - Cité du Vatican 

Un dimanche de nouveau marqué par la violence au Nicaragua. Au moins dix personnes ont été tuées et vingt blessées dans des attaques lancées par les forces gouvernementales dans plusieurs localités aux mains des rebelles dans le sud du pays, où le véhicule d'un évêque a été visé par des tirs. 

Les paramilitaires ont ouvert le feu sur le véhicule de Mgr Abelardo Mata. Ils ont intercepté la voiture, brisé les vitres et ont voulu la brûler, témoigne l’assistant de l'evêque.  Les responsables de l’Eglise catholique du pays indiquent qu’il est sain et sauf. L'Évêque visé par les paramilitaires est une figures du Nicaragua. Très critique du gouvernement de Daniel Ortega, il est l’un des cinq dignitaires de l’Eglise qui assurent la médiation entre le gouvernement et l’opposition.

Réaction de l'archevêque de la capitale 

Cette attaque hier n’était pas la seule contre les religieux catholiques, des forces gouvernementales ont fait une incursion dans le presbytère de Catarua. Le Cardinal Leopoldo Brenes, archevêque de Managua a immédiatement réagi, demandant au gouvernement de «respecter les édifices religieux» et de «cesser les attaques contre la population».

Le secrétaire de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), Paulo Abrao, a déclaré de son côté sur Twitter qu'il avait eu connaissance de la «violente répression de la population de Masaya. L'Etat semble ignorer le dialogue» avec l'opposition. Depuis avril, le pays est secoué par des manifestations contre le président Daniel Ortega, au pouvoir depuis 2007. Au total, au moins 282 personnes sont mortes et 2 000 blessés au cours des affrontements entre manifestants et forces gouvernementales.

16 juillet 2018, 09:43