Cerca

Vatican News
Des migrants sauvés en mer par un navire européen de Frontex débarquent à Pozzallo en Sicile le 16 juillet 2018. Des migrants sauvés en mer par un navire européen de Frontex débarquent à Pozzallo en Sicile le 16 juillet 2018.  (ANSA)

Migrants: l'Italie rouvre ses ports pendant les pourparlers européens

L’Italie lâche du lest sur l’accueil des migrants. En tout cas, pendant la durée des pourparlers européens pour se répartir leur prise en charge, Rome acceptera les personnes qui sont sauvées en mer, a assuré ce lundi le chef de la diplomatie italienne, après plus d’un mois de bras de fer avec l'Union européenne sur cette question.

Blandine Hugonnet – Cité du Vatican

C’est un signe de souplesse de la part de l’Italie. Ce lundi à Berlin, Enzo Moavero Milanesi, le ministre italien des affaires étrangères a annoncé la réouverture des ports italiens aux migrants qui seront secourus en mer Méditerranée par les opérations européennes. L’annonce a été faite lors d’une rencontre avec l'homologue allemand, Heiko Maas. Cette décision va à l’encontre de la politique de fermeté et de fermeture du ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini qui, depuis début juin et l’affaire de l’Aquarius, avait interdit à tous navires de sauvetage, européens ou d’ONG, de débarquer les migrants sur ses côtes.

Réformer l'opération Sophia

Rouvrir les ports italiens oui, mais à une condition, prévient Rome: que Bruxelles réforme l’opération Sophia, cette mission européenne commandée par les Italiens depuis trois ans pour éviter les naufrages au large de la Libye, et qui débarque systématiquement les migrants sauvés, en Italie. Même si les arrivées sont, depuis quelques semaines, plus nombreuses en Espagne qu’en Italie, le chef de la diplomatie allemande a d’ailleurs reconnu hier que les Italiens «ont été laissés seuls», en première ligne sur la question migratoire.

Cette petite ouverture italienne marque donc le début de négociations européennes sur l’accueil des exilés au sein de l’UE. En tout, les États membres se sont donnés cinq semaines, jusqu’à la fin de l’été, pour trouver comment se partager les personnes secourues. Face à ce geste de souplesse italien, petit coup de pouce côté européen. Selon le Financial Times, la Commission européenne devrait annoncer ce mardi une aide de 6000 euros par migrant accueilli, pour les pays-membres prêts à les prendre en charge. Bruxelles devrait aussi pousser à la création de centres de contrôle pour accueillir et examiner les demandes d’asile des migrants récupérés en Méditerranée.

24 juillet 2018, 10:01