Version Béta

Cerca

Vatican News
Un quartier d'affaires de Pékin en Chine, le 6 juillet 2018. Un quartier d'affaires de Pékin en Chine, le 6 juillet 2018. 

Tensions exacerbées entre Pékin et Washington sur le front commercial

La hausse américaine des droits de douane sur un grand nombre de produits chinois de grande consommation entre en vigueur vendredi 6 juillet. Entre représailles et nouvelles alliances, la bataille commerciale entre les deux premières économies du monde promet d’être longue et durable.

Delphine Allaire – Cité du Vatican

«C’est la plus grande guerre commerciale de l’histoire économique à ce jour»; «Les États-Unis ont violé les règles de l'Organisation mondiale du commerce». Pour le ministère chinois du Commerce, il est clair que la décision américaine d’augmenter ses droits de douanes sur 34 milliards de dollars de produits chinois fera date. Et sera suivie d’effets.

La riposte chinoise se prépare

 «La Chine a promis de ne pas tirer la première, mais pour défendre les intérêts fondamentaux du pays et de sa population, elle est contrainte à une nécessaire riposte». Comme convenu il y a quelques semaines, Pékin compte enclencher une série de représailles équivalentes.

À présent, la Chine, qui s’inquiète de «turbulences sur les marchés mondiaux», souhaite travailler avec d’autres pays, pour, dit-elle, «protéger le libre-échange».

«Les États-Unis contre le reste du monde»

Le contexte international est, lui, tout à fait favorable à ce remodèlement des alliances économiques, et ce, au regard de la cascade de pays dont les États Unis s’isole commercialement, à commencer par leur propre continent: Mexique et Canada mais aussi Union européenne. À quelques mois des élections de mi-mandat, Donald Trump semble ainsi déterminé à jouer seul sa partie, quitte à susciter l’inquiétude des grandes entreprises et des investisseurs mondiaux.

06 juillet 2018, 08:16