Cerca

Vatican News
Un exemple de pistolet imprimé en 3D. Un exemple de pistolet imprimé en 3D.  (AFP or licensors)

Aux États-Unis, le danger des armes en 3D

Des armes faites maison en libre circulation aux Etats-Unis font polémique. Alors que des plans pour imprimer en 3D, chez soi, des pistolets à feu en plastique étaient sur le point d’être mis en ligne, la justice américaine a suspendu in extremis cette autorisation, le 31 juillet.

Blandine Hugonnet – Cité du Vatican

Les procureurs de huit Etats américains ont dénoncé la fabrication de ces armes, qui à première vue, ont tout de jouets. Pistolet bleu, vert, ou transparent… Ces armes imprimées en trois dimensions à partir d’un rouleau de plastique rigide tirent bien à balles réelles. Faite chez soi de facon anonyme, l’arme est bien sur intraçable par les autorités; faite en plastique, elle passe aussi inaperçue dans les détecteurs de métaux.

Dans un pays où 300 millions d’armes à feu sont en circulation, les procureurs de huit Etats américains ont donc lancé l’alerte. Ce lundi 31 juillet, ils ont saisi, en urgence, le tribunal fédéral de Seattle. Aujourd’hui,1er aout, devaient être publiés sur internet les schémas numérisés qui permettent d’imprimer en 3D pistolets ou mitraillettes.

Et effectivement,  fin juin, et après cinq ans de batailles judiciaires, le gouvernement américain avait finalement cédé à une requête d’une association de fabrication d’armes à feu du Texas. Un accord en secret qui lui autorisait de mettre à disposition le téléchargement gratuit des plans d’impressions de ces calibres.

Le 31 juillet, la justice américaine a donc bloqué la mise en ligne de ces informations. Le dossier sera examiné dans 10 jours, mais il semblerait qu’il soit trop tard car le fondateur de l’organisation texane, à l’origine de cette polémique, a annoncé avoir déjà publié les données sur internet il y a cinq jours.

01 juillet 2018, 15:29