Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Premier ministre bulgare Boyko Borissov (à droite) passe le témoin à Sebastian Kurz, le chancelier autrichien Le Premier ministre bulgare Boyko Borissov (à droite) passe le témoin à Sebastian Kurz, le chancelier autrichien  (ANSA)

L'Autriche prend la présidence tournante de l'UE

L'Autriche a pris le 1er juillet la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne. À la tête de l'institution qui réunit régulièrement les ministres des 28 États membres, Vienne va tenter d'imposer son agenda. Sa priorité : la lutte contre l'immigration illégale.

Entretien réalisé par Joris Bolomey – Cité du Vatican

Le gouvernement du chancelier conservateur Sebastian Kurz, allié au parti d'extrême-droite FPÖ, défend une ligne «dure», plaidant pour une politique migratoire européenne plus restrictive, en passant notamment par un renforcement de la protection des frontières extérieures de l'UE. L'Autriche a ainsi choisi pour sa troisième présidence de l'Union européenne la devise: «Une Europe qui protège».

Or, «“une Europe qui protège” n’est pas seulement pour ceux qui vivent dans l’Union européenne, mais aussi pour ceux qui sont persécutés personnellement ou dont la vie est menacée et qui cherchent donc refuge dans l’UE», ont tenu à répondre les évêques de pays dans une déclaration commune publiée le mercredi 13 juin. L'épiscopat dit notamment attendre de la présidence autrichienne des «mesures concrètes en vue d'un système d'asile européen commun».

La réforme du Règlement de Dublin, qui laisse aux pays d'entrée dans l'UE la responsabilité des demandes d'asile, est au point mort depuis plus de deux ans.

Patrick Martin-Genier, professeur à l'Inalco et Sciences Po Paris, spécialiste des questions européennes, auteur de «L'Europe a-t-elle encore un avenir ?» aux éditions Studyrama-Bréal (février 2017), revient sur les priorités de l'Autriche pour cette présidence.

Écoutez l'entretien avec Patrick Martin Genier
02 juillet 2018, 07:06