Version Béta

Cerca

Vatican News
Emmanuel Macron et Alexandre Benalla Emmanuel Macron et Alexandre Benalla  (AFP or licensors)

Affaire Benalla: Emmanuel Macron campe sur ses positions

Une «tempête dans un verre d’eau» selon Emmanuel Macron, une «faute» pour Alexandre Benalla, un «scandale d’Etat» selon Philippe Bas, président Les Républicains de la commission des lois au Sénat. En France, les qualificatifs ne manquent pas pour traiter l’affaire Alexandre Benalla, ce collaborateur d’Emmanuel Macron qui a frappé un manifestant le premier mai. À chaque jour son épisode, et Emmanuel Macron reste sur sa ligne.

Marine Henriot – Cité du Vatican

Mis un part un déplacement annulé sur le tour de France ce mercredi 25 juillet, Emmanuel Macron trace sa route. Hier, jeudi 26 juillet, dans le sud-ouest de la France il s’en ai pris aux journalistes «très excités» selon lui: «Vous êtes le seul à en parler», a-t-il répondu à l’un deux à propos de l’affaire Benalla.  

En déplacement à Madrid dans la soirée, le président de la République l’a répété, il s’agit d’une tempête dans un verre d’eau, lui est «un président au travail qui continue et que rien ne troublera» a-t-il déclaré.

Si le président prétend garder son calme, du côté de la Commission des lois de l’Assemblée nationale la situation est plus compliquée. 

Les premiers à claquer la porte sont les députés de la France insoumise jeudi 26 juillet, puis ultime coup de théâtre, le co-rapporteur de la commission d’enquête, le Républicain Guillaume Larrivé. Ce dernier a annoncé sa démission, dénonçant une «parodie» et accusant l’Elysée de vouloir torpiller les travaux de la commission.

Les débats à l’Assemblée ne devraient pas s’apaiser. Le 31 juillet prochain,  la motion de censure déposée par le groupe Les Républicains sera débattue et hier soir les socialistes, communistes, et Insoumis envisageaient de déposer à leur tour une motion de censure.

Peu de chance, cela dit, pour que ces motions de censure de droite ou de gauche ne soit adoptée. Les députés qui soutiennent Emmanuel Macron restent majoritaires.

27 juillet 2018, 11:26