Version Béta

Cerca

Vatican News
Une manifestation de l'opposition du président malgache Hery Rajaonarimampianina, le 26 mai 2018, à Antananarivo. Une manifestation de l'opposition du président malgache Hery Rajaonarimampianina, le 26 mai 2018, à Antananarivo.   (AFP or licensors)

Madagascar se dote d'un nouveau Premier ministre pour sortir de la crise

L'île de Madagascar se dirige-t-elle vers la fin d’une énième crise politique ? Lundi 4 juin, après plus d’un mois de manifestations, et pour répondre aux exigences de la cour constitutionnel du pays, le Premier ministre a annoncé sa démission. Dans la foulée, le président Hery Rajaonarimampianina a nommé un nouveau chef de gouvernement, il s’agit de Christian Nstay.

Marine Henriot - Cité du Vatican

Le défi qui attend le nouveau Premier ministre malgache est de taille, et il dispose de 7 jours pour le réaliser. Christian Ntsay va devoir jongler entre pouvoir et opposition  pour former un gouvernement qui respecte les résultats des élections législatives de 2013. 

La mission s’avère déjà compliquée. Depuis plusieurs jours, les deux camps revendiquent chacun la majorité à l’assemblée nationale. Chez le plus important producteur mondial de vanille, l’Assemblée nationale est instable, plusieurs députés ont déjà changé de bord depuis le debut de la crise politique. 

Des élections générales avancées par le pouvoir 

Depuis fin avril, l'île est confrontée à une nouvelle crise avec une vague de manifestations de l'opposition, qui réclame le départ du président Hery Rajaonarimampianina, accusé de vouloir faire taire ses rivaux à quelques mois des élections. Pour sortir de l'impasse, la Haute Cour constitutionnelle (HCC) a ordonné la nomination d'un nouveau Premier ministre et d'un gouvernement d'union nationale. Les élections générales, initialement prévues à l'automne, devraient se dérouler à la fin de la saison sèche, c’est à dire dès septembre.

Le nom de Christian Nstay a déjà le mérite de satisfaire l’opposition, qui dit avoir soufflé sa candidature aux oreilles de la présidence. A 57 ans, le nouveau premier ministre malgache n’est membre d’aucun des principaux partis du pays, il était jusqu’à aujourd’hui haut fonctionnaire à l’OIT, l’organisation internationale du travail.

 

05 juin 2018, 09:53