Version Béta

Cerca

Vatican News
Contre la politique migratoire du gouvernement français, des membres du collectif "Accueil de merde" ont déposé des gilets de sauvetage devant le Sénat, à Paris, le 19 juin 2018. Contre la politique migratoire du gouvernement français, des membres du collectif "Accueil de merde" ont déposé des gilets de sauvetage devant le Sénat, à Paris, le 19 juin 2018.  (AFP or licensors)

La France accusée de bafouer les droits fondamentaux des migrants

La Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) s’est dite «profondément choquée» par le traitement des migrants à la frontière franco-italienne. Les mots de cette autorité morale sont forts : les droits fondamentaux sont bafoués par la République.

Entretien réalisé par Xavier Sartre – Cité du Vatican

Ce n’est pas la première fois que les autorités françaises sont critiquées pour leur gestion de l’accueil des migrants à la frontière franco-italienne à Menton et dans les Alpes. Cette fois, c’est la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH), autorité morale en France, qui a publié ce mardi 19 juin un avis très sévère.

La commission dénonce des «violations des droits» des migrants, «les pratiques alarmantes observées sur ces deux zones frontalières». Elle estime que la puissance publique «renonce au principe d’humanité et se rend même complice de parcours mortels».

 

Parmi les situations qui sont soulignées, figure celle des mineurs non accompagnés qui sont refoulés vers l’Italie en dépit des règlements. L’ONG Oxfam avait déjà dénoncé cette pratique vendredi dernier.

Cet avis est rendu en plein débat sur la question migratoire, relancée par l’odyssée des migrants de l’Acquarius. L’évolution des positions des différents gouvernements en Europe rend ce dossier encore plus d’actualité.

Geneviève Colas, membre de la CNCDH et du Secours catholique, a participé aux missions qui ont été menées au printemps. Elle revient sur les pratiques qui bafouent les droits fondamentaux des personnes.

Entretien avec Geneviève Colas
20 juin 2018, 07:55