Version Béta

Cerca

Vatican News
Un groupe de 43 réfugiés syriens, arrivés le 27 mars 2018 à Rome en Italie par le biais des couloirs humanitaires. Un groupe de 43 réfugiés syriens, arrivés le 27 mars 2018 à Rome en Italie par le biais des couloirs humanitaires.  

Andorre ouvre à son tour un couloir humanitaire pour accueilir des réfugiés

Après l’Italie, la France et la Belgique, c’est au tour du plus petit état d’Europe de mettre en place un couloir humanitaire avec la communauté Sant’Egidio mardi 8 mai. Depuis 2015, 1500 réfugiés ont trouvé une terre d’accueil par le biais de ces corridors.

Marine Henriot - Cité du Vatican

Sur les hauteurs pyrénéennes, perchée entre la France et l’Espagne, la principauté d’Andorre ouvre ce mardi 8 mai un couloir humanitaire avec la communauté Sant’Egidio. Le plus petit état d’Europe rejoint ainsi l’Italie, la France et la Belgique, qui ont permis l’accueil, mais aussi l’insertion, d’environ 1500 réfugiés par le biais de ces couloirs humanitaires.

Un protocole d’accord est signé aujourd'hui au siège du gouvernement de la Principauté, entre les ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur et la communauté Sant’Egidio, qui permettra l’arrivée de syriens actuellement réfugiés au Liban. En mars, Andorre approuvait une loi autorisant l’entrée dans le pays pour des raisons humanitaires. Une collaboration étroite est menée aussi avec la France et l’Espagne pour le passage de ces réfugiés par leurs aéroports nationaux, comme l’a fait précédemment l’Italie pour accueillir un groupe de réfugiés dans la République de San Marin. 

Durant la première année, une vingtaine de réfugiés seront accueillis sur les hauteurs des Pyrénées Orientales. La principauté se chargera de l’accueil et des services de base tandis que la Communauté Sant’Egidio assurera la formation d’accompagnateurs et l’intégration des réfugiés dans la société locale.

Un accompagnement pour favoriser l'insertion

C’est là le pouvoir des couloirs humanitaires de la communauté chrétienne: les réfugiés, sélectionnés selon leur degré de vulnérabilité, qu’importe leur religion, arrivent sur place et se voient remettre les visas nécessaires pour rester sur le territoire, mais aussi une enveloppe pour permettre leur intégration dans le nouveau pays. Les réfugiés qui arrivent en France bénéficient d’une enveloppe de 11000 euros en moyenne sur un an, pour une famille de quatre personnes. Dans l’Hexagone, Sant’Egidio assure que les enfants sont scolarisés trois jours après leur arrivée sur le territoire, tandis que leur parents se voient offrir des cours de français, mais aussi un accompagnement vers l’emploi.

«Il devenait insupportable de voir arriver des embarcations entières avec des morts. Nous avons voulu prendre le problème à la source», expliquait en 2017 Valérie Régnier, la présidente de Sant’Egidio France. Sur les 5386 migrants morts ou disparus sur leur route de l’exil en 2017 dans le monde, 3119 l’ont été lors du passage de la Méditerranée, indique l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), sans compter les victimes des naufrages sans témoins, qui n’ont laissé aucun survivant et donc aucun décompte.

08 mai 2018, 11:21