Version Béta

Cerca

VaticanNews
Manifestation dans la capitale sud-coréenne, à Séoul, contre l'annulation du sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un, le 25 mai 2018. Manifestation dans la capitale sud-coréenne, à Séoul, contre l'annulation du sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un, le 25 mai 2018.  (ANSA)

La détente coréenne en suspens

Après avoir multiplié les signes d’apaisement ces derniers mois avec son homologue nord-coréen, le président américain fait marche arrière, revenant à une rhétorique belliqueuse.

Entretien réalisé par Joris Bolomey, avec AFP – Cité du Vatican

La Maison Blanche déplore une «série de promesses non tenues» de la part de la Corée du Nord pour expliquer l'annulation du sommet prévu le 12 juin à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un. Elle exprime aussi sa déception sur les conditions dans lesquelles la Corée du Nord a procédé jeudi 24 mai à la «destruction» de son site d'essais nucléaires de Punggye-ri, au nord-est du pays, en présence de quelques journalistes.

«Nous espérons que (la destruction) a eu lieu, mais, sincèrement, nous ne savons pas si c'est le cas», a indiqué un responsable américain cité par l’Afp, soulignant que les Etats-Unis avait reçu l'assurance que «des experts» seraient conviés pour assister à la démolition, ce qui n'a pas été le cas. Washington continue d’exiger une dénucléarisation «complète, vérifiable et irréversible» au nord du 38ème parallèle.

Dorian Malovic est journaliste au journal La Croix et co-auteur avec Juliette Morillot du livre Le Monde selon Kim Jong-un, aux éditions Robert Laffont. Il revient sur la précipitation de Donald Trump à rencontrer le leader nord-coréen:

Entretien avec Dorian Malovic, journaliste à La Croix.

Dans une lettre d’une vingtaine de lignes, dictée par Donald Trump, aux remerciements succèdent les menaces. Mettant en garde la Corée du Nord contre tout acte «irresponsable», Donald Trump assure que l'armée américaine est «prête» à toute éventualité et que les Etats-Unis restent déterminés à poursuivre une campagne de «pression maximale». «Vous évoquez votre arsenal nucléaire, mais le nôtre est si massif et puissant que je prie Dieu que nous n'ayons jamais à en faire usage», écrit le président américain dans la missive.

Pyongyang déterminée à résoudre les problèmes

La Corée du Nord a indiqué qu'elle était toujours ouverte au dialogue avec les Etats-Unis, malgré cette décision «extrêmement regrettable» selon Pyongyang. «Nous réitérons aux Etats-Unis notre détermination à nous asseoir face à face, à tout moment et de quelque manière que ce soit, pour résoudre le problème», a déclaré Kim Kye Gwan, le premier vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréen, dans un communiqué publié par l'agence officielle KCNA.

 

Un appel au dialogue soutenu par la Chine, qui appelle chaque partie à faire preuve de «bonne volonté» et de «patience». «Dans les circonstances présentes, nous espérons que la Corée du Nord comme les Etats-Unis préserveront les récents progrès obtenus, feront preuve de patience, de bonne volonté, avanceront dans la même direction et resteront engagés en faveur de la dénucléarisation de la péninsule», a commenté devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Lu Kang.

La Chine a appliqué ces dernières années les sanctions internationales visant à convaincre Pyongyang de renoncer à son arsenal nucléaire, tout en condamnant les menaces militaires des Etats-Unis. Pékin a opéré un rapprochement spectaculaire avec le régime nord-coréen depuis le début de l'année, le président Xi Jinping recevant à deux reprises Kim Jong-un.

25 mai 2018, 11:52