Version Béta

Cerca

VaticanNews
Emmanuel Macron s'est adressé à des étudiants d'Aix-la-Chapelle, le 10 mai 2018. Emmanuel Macron s'est adressé à des étudiants d'Aix-la-Chapelle, le 10 mai 2018.  (AFP or licensors)

À Aix-la-Chapelle, Emmanuel Macron soigne son rêve européen

Au lendemain de la Journée de l’Europe du 9 mai et à quelques jours d’une rencontre au sommet en compagnie d’Angela Merkel et de Theresa May pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien, Emmanuel Macron s’est vu remettre aujourd’hui le prestigieux prix de Charlemagne dans l’ancienne capitale carolingienne, Aix-la-Chapelle (Achen) en Allemagne.

Delphine Allaire – Cité du Vatican

Récompensé pour sa vision forte d’une nouvelle Europe. Dans le prolongement de son discours à la Sorbonne ou de son allocution devant le parlement européen, Emmanuel Macron, a  prononcé un discours sur le rêve européen qu’il estime aujourd’hui «en danger».

Urgence après la rupture américaine

La crise diplomatique ouverte par l'annonce du retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien a en effet résolument pesé sur la cérémonie de remise de ce prix fondé en 1949 et décerné chaque année le jeudi de l’Ascension. Emmanuel Macron en a profité pour faire passer un message d’urgence aux autres dirigeants de l’Union européenne, et spécialement à la chancelière Merkel, qui a prononcé son laudatio. Après le retrait brutal des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, «l’UE doit plus que jamais prendre son destin en main», a-t-il insisté.

Paroles macroniennes

Depuis l’illustre salle du couronnement, Emmanuel Macron a aussi égrené quatre commandements censés relancer l’idée européenne: «N’attendons pas», «n’ayons pas peur», «ne soyons pas faibles» et «ne soyons pas divisés».

Une dizaine de dirigeants européens ont assisté à la cérémonie, dont les Premiers ministres roumain, bulgare, luxembourgeois, la présidente de Lituanie ou le roi d'Espagne. La plupart d'entre eux se retrouveront la semaine prochaine à Sofia pour un sommet UE-Balkans, où le dossier du nucléaire iranien a été ajouté au programme des discussions.

Dans les pas de Delors et Monnet

Emmanuel Macron est le troisième président en exercice à recevoir ce prix, après Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand. D'autres personnalités françaises engagées dans «l'unification» européenne ont également été récompensées dans la capitale de Charlemagne, à l'image de Simone Veil, Jacques Delors ou encore l'un des pères fondateurs du projet européen, Jean Monnet.

10 mai 2018, 19:00