Version Béta

Cerca

Vatican News
Du sable est prélevé sur la riviére sacrée Yamuna, affluent du Gange, dans la ville d'Allahabad, au sud de l'État d'Uttar Pradesh, en Inde, le 16 mars 2018. Du sable est prélevé sur la riviére sacrée Yamuna, affluent du Gange, dans la ville d'Allahabad, au sud de l'État d'Uttar Pradesh, en Inde, le 16 mars 2018.  (AFP or licensors)

Les effets nocifs de la surconsommation du sable

Avec plus de 15 milliards de tonnes extraites chaque année, le sable est la deuxième ressource la plus consommée dans le monde. Une mafia du sable s'est développée autour de cet or jaune.

Entretien réalisé par Marine Henriot - Cité du Vatican

C’est la base de notre civilisation et pourtant, il est en danger. Avec plus de 15 milliards de tonnes extraites chaque année, le sable constitue la deuxième ressource la plus consommée dans le monde, juste derrière l'eau et devant le pétrole.

Une ressource indispensable dans notre quotidien, pour construire une maison de taille standard, il faut compter 200 tonnes de sables, et 30 000 pour un kilomètre d’autoroute. Autour de ce commerce lucratif, une mafia du sable se développe dans plusieurs pays comme au Maroc, en Inde ou en Jamaïque. Lundi 26 mars, en Inde, le journaliste Sandeep Sharma qui enquêtait sur ce commerce illégal de l’or jaune a été tué par un camion.

Cette surconsommation du sable a par ailleurs des effets nocifs sur l’environnement, destruction des plages et des fonds marins, détérioration des nappes phréatiques, mais aussi des impacts géopolitiques, c’est ce que nous explique Pascal Peduzzi, directeur scientifique du GRID, la base de données des ressources mondiales du programme des Nations Unies pour l’environnement, à Genève.

Entretien avec Pascal Peduzzi
03 avril 2018, 08:20