Version Béta

Cerca

VaticanNews
Un convoi de Congolais fuyant Kiwanja, au Nord-Kivu, où les enlèvements, viols et exécutions sont devenus courants, le 13 juillet 2016. Un convoi de Congolais fuyant Kiwanja, au Nord-Kivu, où les enlèvements, viols et exécutions sont devenus courants, le 13 juillet 2016.  (AFP or licensors)

RDC: Libération de l'abbé Célestin Ngango

Le prêtre du diocèse de Goma a été libéré jeudi 5 avril 2018 par ses ravisseurs. Il avait été enlevé le dimanche de Pâques, 1 avril 2018, à Rutshuru dans la province du Nord-Kivu.

L'abbé Célestin Ngango, curé de la paroisse de Karambi, dans le diocèse de Goma, au nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a étè libéré le jeudi 5 avril indique la Cenco dans un communiqué. Il avait été a été kidnappé dimanche 1er avril, jour de Pâques, par des hommes armés encore non identifiés.

 

Il revenait de la messe de la Résurrection lorsqu’il a été intercepté sur la route de Rutshuru, dans le Nord-Kivu, par des assaillants. Ceux-ci ont exigé de lui la conséquente somme de 500 000 dollars, a indiqué l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la Cenco (conférence épiscopale nationale du Congo). «Après le kidnapping, les paroissiens s’étaient fortement mobilisés et sont allés dans la brousse tenter en vain de retrouver leur curé», précisent les évêques congolais dans le communiqué. «Le prêtre relâché n’a pas été maltraité et se trouve visiblement en bonne santé» indiquent-ils.

L'abbé Louis de Gonzague Nzabanita, vicaire général du diocèse de Goma, a dèclaré à l'AFP qu'une rançon a été versée aux raviseurs, sans en préciser le montant. Trois autres civils enlevés ont été «exécutés» par leurs ravisseurs, a appris vendredi l'AFP auprès de la société civile. Selon l'abbé Nzabanita, l'Église a mené «seule» les démarches pour la libération du prêtre «sans assistance des autorités».

Les enlèvements toujours plus fréquents dans le Nord-Kivu

Dans le territoire de Rutshuru du Nord-Kivu, les enlèvements de prêtres, d'enfants, d'hommes et de femmes en échange de rançons sont fréquents, comme dans la plupart des territoires de l'est de la RDC où sévissent une centaine de groupes armés. En moins d'une semaine, dix personnes ont été enlevés dans ce territoire du Rutshuru dans le Nord-Kivu, selon un communiqué du centre d'études pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l'homme (Cepadho).

En février dernier, le père Sébastien Yebo, curé d’une paroisse en périphérie de Kinshasa avait été enlevé dans la capitale. Par ailleurs, la Cenco a indiqué être toujours sans nouvelles de cinq prêtres. Les pères assomptionnistes Jean-Pierre Ndulani, Edmond Kisughi et Anselme Wasukundi, enlevés le 19 octobre 2012 dans le territoire de Beni, ainsi que les abbés Jean-Pierre Akilimali et Charles Kipasa, enlevés le 17 juillet 2017. Face à ces diparitions, «l’épiscopat congolais demande aux autorités compétentes de prendre leur responsabilité en mains en assurant la protection des citoyens et de leurs biens dans tout le pays, particulièrement dans le Nord et le Sud-Kivu, ainsi que dans l’Ituri». 

07 avril 2018, 10:33