Version Béta

Cerca

Vatican News
Une affiche d'un militant du Fidesz, parti de Vitkor Orban, lors de sa victoire aux élections législatives du 8 avril 2018. Une affiche d'un militant du Fidesz, parti de Vitkor Orban, lors de sa victoire aux élections législatives du 8 avril 2018.  (AFP or licensors)

Quatre ans de plus pour Viktor Orban, plébiscité en Hongrie

Avec une participation presque historique en Hongrie, les électeurs ont voté massivement pour Viktor Orban, accordant quatre ans de plus au Premier ministre au pouvoir depuis 2010. Le souverainiste a maintenant les coudées franches dans son pays.

Marine Henriot - Cité du Vatican

Plus qu’une victoire, c’est presque un plébiscite pour Viktor Orban. En Hongrie, 69,41% des électeurs se sont rendus aux urnes, un taux de participation record depuis 16 ans. Le Fidesz, parti du Premier ministre à la tête du pays depuis 2010, obtient 48.8% des voix, soit 30 points d’avance sur son principal adversaire, la formation d'extrême droite le Jobbik. Un résultat qui lui permet d’asseoir une large majorité, raflant 133 sièges sur 199 au parlement.

Une victoire «historique»

À l’annonce des résultats, tard dans la soirée de dimanche soir, Viktor Orban, les larmes aux yeux, a remercié son peuple d’avoir prié pour lui. «C'est une victoire historique qui nous offre la possibilité de continuer à nous défendre et de défendre la Hongrie», a déclaré le dirigeant de 54 ans, devant une foule de militants en liesse, rassemblés au bord du Danube et habillés aux couleurs orange de son parti.

 

L’ennemi principal de Viktor Orban ? L’immigration. C’est sur ce thème qu’il a basé toute sa campagne, reprenant à son compte les théories du complot jusqu’ici utilisées par l'extrême droite. Il a par exemple affirmé que Bruxelles et l’ONU souhaitaient remplacer les populations d’Europe centrale par les réfugiés du Moyen-Orient et d’Afrique. Une stratégie qui a su séduire les électeurs hongrois.

Asseoir son pouvoir

Le programme de Viktor Orban pour ces quatre prochaines années: continuer sur sa lancée et rendre ses dernières mesures «irréversibles». L’admirateur de Vladimir Poutine entend lutter contre l’immigration et renforcer sa démocratie «illibérale». Depuis 2010, le nationaliste assume un style de gouvernement limitant certaines libertés des médias et de la justice, primant l’intérêt national de son pays.

Si Bruxelles ne s’est pas précipité pour féliciter la victoire de Viktor Orban, de nombreux nationalistes européens ont tenu à saluer ce résultat. C’est le cas du député néerlandais anti-musulman Geerts Wilders, et de la française Marine Le Pen. Ce lundi matin sur Twitter, Matteo Salvini, leader de l’extrême droite en Italie a salué le choix des Hongrois, qui ont fait un «vote de coeur et de tête», en «ignorant les menaces de Bruxelles».

 

09 avril 2018, 10:43