Version Béta

Cerca

VaticanNews
Des militants de La Cimade manifestent devant l'Assemblée nationale contre la loi asile et immigration, adoptée le 22 avril 2018. Des militants de La Cimade manifestent devant l'Assemblée nationale contre la loi asile et immigration, adoptée le 22 avril 2018.   (AFP or licensors)

Loi asile et immigration: le Secours catholique déplore les silences du texte

En France, le projet de loi asile et immigration a été adopté en première lecture, dimanche 22 avril, à l’Assemblée nationale, avec 228 voix pour, 139 contre et 24 abstentions. Un des projets de lois les moins bien votés depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

Des propos recueillis par Marie Duhamel – Cité du Vatican  

Il demandait «une loi digne et humaine»  et avait proposé aux députés français, conjointement à la Fédération de l'Entraide protestante, de rencontrer les migrants qui seraient directement touchés par le projet de loi  «asile et immigration ».  Plus de 140 élus ont d'ailleurs répondu à l'invitation dans quarante départements français. Des rencontres fortes mais qui n'ont pas bougé les lignes, puisque le texte initial semble avoir été très peu modifié malgré les dizaines d'heures de débat à l'Assemblée. 

Ainsi, le Secours catholique est déçu par le texte adopté dimanche par les députés, regrettant un projet tourné sur « la répression et l’éloignement des étrangers » et « amoindrissant les garanties procédurales attachées à la demande d’asile».

Ce texte vise à réduire à six mois, contre onze aujourd'hui, l'instruction de la demande d'asile, afin d'accélérer l'intégration. Parallèlement, il vise à faciliter l'expulsion des déboutés.

Juliette Delaplace, chargée de projets accueil et droits des étrangers au Secours catholique, déplore les silences de ce texte. 

Entretien avec Juliette Delaplace du Secours catholique, caritas France

 

24 avril 2018, 11:06