Version Béta

Cerca

VaticanNews
Thomas Evans, le père d'Alfie, et le Pape François Thomas Evans, le père d'Alfie, et le Pape François  (ANSA)

Le Pape demande au Bambino Gesù de faire son possible pour Alfie Evans

L’hôpital pédiatrique du Bambino Gesù est prêt à accueillir Alfie Evans, ce bébé britannique atteint d’une maladie neurologique dégénérative. La présidente de l’établissement romain est revenu sur sa proposition dans une interview à Vatican News.

Agé de presque deux ans, Alfie Evans est hospitalisé à l’Alder Hey Children’s Hospital de Liverpool. Les médecins qui sont en charge de lui voudraient cesser les soins dans son «meilleur intérêt». Mais ses parents s’opposent à cette décision et aimeraient que leur enfant soit transféré dans un autre établissement afin de l’accompagner dans son traitement.

Jusqu’à présent, les juges britanniques ont refusé tout transfert et le dossier est maintenant examiné par la Cour suprême du pays. Le Bambino Gesù, à la pointe dans ce genre de traitement, a évoqué sa disponibilité à l’accueillir. Sa présidente, Mariella Enoc, rappelle son engagement depuis juillet dernier en faveur d’une telle issue. Les médecins italiens se sont rendus en Angleterre en septembre. Cette semaine, la présidente a rencontré le père d’Alfie.

Mariella Enoc a rappelé l’offre de collaboration étroite avec l’équipe médicale de Liverpool, insistant sur le fait que tous les frais étaient à la charge du Bambino Gesù. Elle se dit prête à se rendre en personne en Angleterre pour défendre sa proposition.

Pas d'acharnement thérapeutique

Elle prend soin de préciser que son hôpital ne proposeaucun soin. «L’enfant en ce moment, n’est pas guérissable, l’enfant est curable. Selon notre concept, cela veut dire en prendre soin. Donc, nous ne ferons pas de l’acharnement thérapeutique ; nos médecins ont décidé de mettre éventuellement à l’enfant une GPE (gastrostomie endoscopique percutanée NDLR), pour l’alimentation, et une trachéotomie pour la respiration si cela devait être absolument nécessaire» explique Mariella Enoc.

Ce dossier est suivi de près par le Pape. «Le Saint-Père m’a fait dire qu’il fallait faire tout notre possible et l’impossible pour que l’enfant vienne au Bambino Gesù».

19 avril 2018, 16:54