Version Béta

Cerca

VaticanNews
Les adieux de l'ancien secrétaire d'État des États-Unis, Rex Tillerson, le 13 mars 2018. Les adieux de l'ancien secrétaire d'État des États-Unis, Rex Tillerson, le 13 mars 2018.   (ANSA)

Donald Trump durcit sa ligne diplomatique

Donald Trump a changé de secrétaire d’État en débarquant Rex Tillerson et en nommant Mike Pompeo, ex-directeur de la CIA. C’est la ligne dure du parti républicain qui s’impose à la tête de la diplomatie américaine.

Entretien réalisé par Xavier Sartre – Cité du Vatican

Mardi 13 mars, le président des États-Unis, d’un simple tweet, annonçait le limogeage de son secrétaire d’État, Rex Tillerson. Ce n’est pas le premier collaborateur de son cabinet qui est remercié ou qui est poussé à la démission. Mais le fait que cette fois, ce soit le chef de la diplomatie américaine, a provoqué une certaine circonspection parmi les chancelleries du monde entier. La Russie, la Chine ou l’Iran ont très peu apprécié.

Mais le départ forcé de Rex Tillerson n’est pas sans clarifier la politique étrangère de l’Administration Trump, tant les divergences de vues entre les deux hommes étaient nombreuses et flagrantes. La nomination, qui doit encore être validée par le Sénat, de Mike Pompeo, jusqu’alors directeur de la CIA, apparait comme un message clair à l’ensemble des partenaires des États-Unis : c’est la ligne dure, unilatérale qui prévaut sans ambiguïté.

Entretien avec Annick Cizel, spécialiste de politique étrangère américaine

 

 

19 mars 2018, 07:14