Cerca

Vatican News
Malgré le retrait de sa candidature, Carles Puigdemont se dit décidé à faire vivre la flamme de la «République catalane». Malgré le retrait de sa candidature, Carles Puigdemont se dit décidé à faire vivre la flamme de la «République catalane».  (AFP or licensors)

Carles Puigdemont renonce à briguer la présidence de la Catalogne

En Espagne, le président catalan destitué, Carles Puigdemont, renonce finalement à briguer la présidence de la Catalogne. Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, l’indépendantiste explique que sa décision facilitera la formation d'un «gouvernement le plus rapidement possible».

Le leader indépendantiste catalan a décidé de mettre fin au suspens sur sa candidature à la présidence de la Catalogne. Devant drapeaux catalans et européens, dans une vidéo enregistrée depuis Bruxelles, l’ancien président catalan destitué par Madrid en octobre 2017, a fustigé «les abus de l'État espagnol», qui cherche selon lui à «criminaliser l'indépendantisme». 

Dans le même temps, il a précisé que sa formation, Ensemble pour la Catalogne, présentera à sa place la candidature de Jordi Sanchez, président de l’association indépendantiste ANC et numéro deux sur sa liste, actuellement en détention préventive. Incarcéré depuis le 16 octobre 2017, il est accusé, comme de nombreux indépendantistes catalans, de «sédition» par la justice espagnole.

Plainte de Carles Puigdemont contre l'État espagnol

Depuis la victoire des indépendantistes aux élections régionales du 20 décembre 2017, Carles Puigdemont était le seul candidat à la présidence de l'exécutif régional. Mais sachant qu'il serait arrêté et vraisemblablement écroué pour «rébellion, sédition et malversation de fonds publics», s'il rentrait en Espagne, il était contraint de mener sa campagne depuis la Belgique, où il s’était réfugié en octobre dernier, après la mise sous tutelle de la région rebelle suite à la proclamation le 26 octobre 2017, restée sans effet, d'une «République catalane». 

Malgré le retrait de sa candidature, Carles Puigdemont se dit bien décidé à défendre cette «République catalane». Pour cela, il convoquera les députés dans les prochains jours à une réunion solennelle pour impulser une nouvelle étape et former un «Conseil de la République», chargé de rendre l'indépendance de la Catalogne effective.

Carles Puigdemont a également annoncé qu'une équipe d'avocats internationaux avait présenté le 1er mars une plainte en son nom, contre l'État espagnol devant le comité des droits de l'homme des Nations unies, pour activement défendre ses droits.

02 mars 2018, 11:46