Version Béta

Cerca

VaticanNews
Un véhicule de l'Onu en patrouille devant une paroisse catholique de Kinshasa, le 21 janvier 2018. Un véhicule de l'Onu en patrouille devant une paroisse catholique de Kinshasa, le 21 janvier 2018.  (AFP or licensors)

RDC: libération du prêtre enlevé samedi

Le curé de la paroisse Saint-Robert, enlevé samedi matin après la messe, a été libéré dans la soirée.

En République démocratique du Congo,  le père Sébastien Yebo, curé depuis août 2017 de la paroisse Saint Robert dans la commune de la Nsele, en périphérie de Kinshasa, a été libéré dans la soirée du samedi 3 février 2018, après avoir été enlevé dans la matinée, après la messe.

Un témoin avait dit avoir reconnu des agents des services de renseignements militaires qui l’auraient contraint à monter à bord d’un véhicule. Cette information avait suscité une vive inquiétude dans un contexte particulièrement tendu entre le gouvernement et l’Église depuis les marches de catholiques les 31 décembre 2017 et 21 janvier 2018 contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

Le Curé de la paroisse Saint Robert dans la commune de la Nsele à Kinshasa a été relâché samedi dans la soirée. Il a été « enlevé » le même jour dans la matinée et emmené vers une destination inconnue, avait indiqué le père Alain Bisema, le curé doyen du doyenné Saint Jacques.

Sur Radio France Internationale (RFI), le prêtre interpellé a indiqué avoir été interrogé sur un conflit de terrain en rapport avec la parcelle sur laquelle est érigée la paroisse Saint Robert qu’il dirige.

Appel à la paix et à la cohésion nationale

« Nous  condamnons et dénonçons l’acharnement à l’endroit des prêtres, religieux et religieuses, dont certains sont molestés, battus ou arrêtés sans motifs valables. Nous demandons aux autorités de protéger les agents des organisations religieuses » a affirmé le Secrétaire de la CENCO chargé de la communication sociale, rappelant que l’Eglise ne milite pas contre des individus mais défend des valeurs que partage toute la communauté nationale.

Le 24 janvier dernier, à l’issue de l’audience générale le Pape Francois avait de nouveau lancé un appel «pour que tout le monde s’engage à éviter toute forme de violence» en RDC, évoquant des événements «préoccupants». Le Saint-Père avait alors rappelé que l’Église ne voulait rien d’autre que «contribuer à la paix et au bien commun de la société».

Ce dimanche 4 février, au terme de la prière de l'Angélus, le Pape a par ailleurs annoncé l'organisation, le vendredi 23 février, d'une journée de jeûne et de prière, qui sera particulièrement dédiée aux populations de RDC et du Soudan du Sud.

(avec RFI et Radio Okapi)

04 février 2018, 13:58