Version Béta

Cerca

VaticanNews
Manifestation de migrants africains et d'Israéliens à Tel Aviv contre les expulsions forcées de réfugiés, le 24 février 2018. Manifestation de migrants africains et d'Israéliens à Tel Aviv contre les expulsions forcées de réfugiés, le 24 février 2018.  (AFP or licensors)

Israël se prépare à expulser des milliers de migrants

Conformément à sa nouvelle loi en vigueur, depuis le 22 février, Israël procède à des arrestations de migrants Érythréens et Soudanais, en vue de leur expulsion. Les migrants sont désormais obligés de faire un choix: partir ou rester en prison indéfiniment.

Entretien réalisé par Marine Henriot - Cité du Vatican

La nouvelle loi voulue par le président israélien Benjamin Netanyahou est une des plus sévères des pays occidentaux, elle donne un choix à faire aux migrants: ils doivent partir, soit pour leur pays d’origine, soit pour un pays tiers, ou aller en prison indéfiniment.

Les autorités ont procédé la semaine dernière aux premières arrestations en vertu de ce plan.

Elles ont transféré mardi 20 février à la prison de Saharonim, dans le sud du pays, les premiers migrants érythréens détenus jusqu’alors au centre de rétention d’Holot, non loin de la prison, et qui ont refusé de partir. Le plan concerne dans un premier temps les hommes seuls qui n’ont pas soumis de demande d’asile, ou dont la demande a été rejetée.

Près de 40 000 migrants seraient concernés. Les explications du père Rafic Nahra, responsable du Vicariat Saint-Jacques et coordinateur pour la pastorale des migrants au patriarcat latin de Jérusalem.

Entretien avec le père Rafic Nahra
26 février 2018, 08:41