Cerca

Vatican News
Célébrant l'épiphanie, des hommes bulgares dansent dans la rivière Toundja, à Kalofer, le 6 janvier 2018. Célébrant l'épiphanie, des hommes bulgares dansent dans la rivière Toundja, à Kalofer, le 6 janvier 2018.  (AFP or licensors)

La Bulgarie aspire à jeter des ponts entre l’est et l’ouest de l’Europe

La Bulgarie a officiellement pris ses fonctions à la tête du Conseil de l'Union européenne pour six mois. Svetlana Dimitrova, docteure à l’EHESS nous livre sa radiographie du pays à l’heure européenne.

Entretien réalisé par Delphine Allaire – Cité du Vatican

Ce jeudi 11 janvier 2018, la Bulgarie a officiellement pris ses fonctions à la tête du Conseil de l'Union européenne pour six mois, succédant à l’Estonie. Une première pour cet État des Balkans, limitrophe de la Turquie et membre de l'UE depuis 2007. En 10 ans, la Bulgarie a fait de nombreux progrès sur les plans politique et social, même si les affaires de corruption gangrènent toujours la société bulgare.

Sentiment d’appartenance à l’Union européenne, influence russe, voisins du groupe de Visegrad ou question des réfugiés, autant de dossiers qui guettent ce pays contrasté en cette nouvelle année sous le signe de l’Union européenne; année durant laquelle la Bulgarie compte bien redorer son image.

Svetlana Dimitrova, docteure en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris, travaille sur les transformations des sociétés «postsocialistes» après 1989, et nous livre justement sa radiographie de la Bulgarie à l’heure européenne.  

Entretien avec Svetlana Dimitrova, docteure en sociologie à l’EHESS
11 janvier 2018, 07:09