Cerca

Vatican News
Des colombiennes allumant des cierges lors d'un hommage aux victimes des violences en Colombie, le 31 janvier 2018. Des colombiennes allumant des cierges lors d'un hommage aux victimes des violences en Colombie, le 31 janvier 2018.  (AFP or licensors)

Colombie, la Conférence épiscopale continue les négociations

À la suite d’une vague d’attentats en Colombie, le gouvernement a annoncé geler les négociations avec l’ELN. Mais auprès des populations, la Conférence Épiscopale elle, continue son travail pour répandre la paix.

Marine Henriot - Cité du Vatican

Mgr Hector Henao Gaviria, président du Conseil National pour la paix et directeur de Caritas en Colombie est clair: il est indispensable que les négociations pour la paix dans le pays reprennent.

Le 10 janvier, après trois attentats à la bombe qui ont fait sept morts et des dizaines de blessés, le président du pays Juan Manuel Dos Santos avait annoncé rompre les pourparlers avec l’ELN (l’Armée de libération nationale). Alors que le processus de paix en Colombie est au bord du gouffre, le chef négociateur de l’ELN, présent 31 janvier à Quito en Équateur s’est dit prêt à reprendre les négociations. «Je ne vois pas de motif pour un gel, ni pour une rupture définitive», a affirmé Pablo Beltran.

Juan Manuel Santos, déterminé à mettre fin à plus d'un demi-siècle de conflit armé dans son pays, avait signé en novembre 2016 un accord de paix historique avec la puissante guérilla des Farc, la plus ancienne des Amériques apparue en 1964, aujourd'hui désarmée et transformée en parti politique

Pendant ces tractations politiques, la Conférence Épiscopale continue elle son travail sur le terrain, notamment auprès des populations indigènes sur la côte pacifique afin de mettre en place une aide humanitaire et de maintenir le dialogue.

Mgr Henao, directeur de Caritas Colombie
01 janvier 2018, 13:58