Version Béta

Cerca

VaticanNews
Un syrien dans sa maison détruite à Alep. Un syrien dans sa maison détruite à Alep.  (AFP or licensors)

À Alep, l'espérance de la reconstruction

Entretien - C’était il y a un an jour pour jour en Syrie: les rebelles d’Alep capitulaient face aux forces du régime de Bachar Al Assad. En vertu d’un accord, conclu le 13 décembre 2016, entre la Russie, alliée du régime syrien, et la Turquie, soutien de la rébellion, les combattants étaient évacués hors de la ville.

Par Hélène Destombes

La partie orientale de la ville, occupée par des groupes rebelles depuis 2012, a définitivement été reprise par l’armée syrienne le 22 décembre, après des mois de sanglants combats et de bombardements meurtriers. La chute d’Alep-Est, marquait alors un tournant dans la guerre.

Un an après, la destruction a cédé la place à la reconstruction notamment dans la vieille ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Mais, après des mois de séparation entre l’Est et l’Ouest le visage d’Alep reste profondément meurtri et les habitants pansent encore leurs blessures.

Le frère mariste Georges Sabé, joint à Alep évoque de nombreux signes d’espérance. Il s’est rendu ce mercredi matin dans la partie Est de la ville. 

Des propos recueillis par Hélène Destombes.

Entretien avec le frère mariste Georges Sabé
13 décembre 2017, 17:25