Cerca

Vatican News
Appleby, le cabinet d'avocat d'où proviennent les fuites des paradise papers Appleby, le cabinet d'avocat d'où proviennent les fuites des paradise papers 

Les «paradise papers» révèlent les failles de la fiscalité mondiale

La reine d’Angleterre Elizabeth II, l’entourage de Donald Trump et un proche de Justin Trudeau, des multinationales et de grandes fortunes mondiales… tous sont cités dans le nouveau scandale « Paradise papers ».

Par Blandine Hugonnet

Après environ un an d’enquête, près de 400 journalistes de 96 médias appartenant au Consortium international de journalistes d'investigation (ICIJ), ont publié ce dimanche 5 novembre de nouvelles révélations mettant en lumière un système d’évasion fiscale de très grande ampleur. Grâce à la fuite massive de 13, 5 millions de documents confidentiels provenant de cabinets d'avocats tels que Appleby aux Bermudes, l’investigation révèle jour après jour les noms de ceux qui font appel à ces spécialistes de l’optimisation fiscale pour échapper à l’imposition de leurs revenus de plusieurs millions d’euros ou de dollars.

Ces pratiques représenteraient un manque à gagner de 350 milliards d’euros pour les Etats du monde entier. Mais, à l’inverse du scandale Panama papers qui révélait il y a dix-huit mois un vaste système de fraude et de blanchiment d’argent sale, les transactions dévoilées dans les Paradise papers restent la plupart du temps légales, jouant sur les failles des lois et des réglementations financières des pays. Un montage sophistiqué d’opérations fiscales sur lesquels les États ferment facilement les yeux, par intérêt et par manque de contrôle et de volonté de transparence. C’est ce qu’explique Quentin Parrinello, porte-parole de l’Oxfam France, interrogé par Blandine Hugonnet.

Entretien avec Quentin Parrinello, porte-parole Oxfam France

(BH-JCP)

08 novembre 2017, 10:49