Version Béta

Cerca

VaticanNews
La fontaine de Trévi illuminée à l'occasion du sommet sur l'Eau à Rome La fontaine de Trévi illuminée à l'occasion du sommet sur l'Eau à Rome  (AFP or licensors)

Sommet sur les fleuves et le climat de Rome: l'urgence de protéger l'accès à l'eau

Pendant trois jours, des experts du monde entier ont réfléchi aux conséquences, potentiellement graves, du réchauffement climatique sur les ressources en eau douce de la planète, sur les fleuves, les réseaux hydriques et les écosystèmes.

Entretien - Fin du sommet international sur l’eau et le climat ; il s’est tenu à Rome du 23 au 25 octobre et a rassemblé de nombreux experts, ONG et responsables des grands bassins fluviaux de la planète, de l’Amazone au Mékong en passant par le fleuve Niger. Objectif de ces 3 jours de débats et tables-rondes: réfléchir aux conséquences, potentiellement graves, du réchauffement climatique sur les ressources en eau douce de la planète, sur les fleuves, les réseaux hydriques et les écosystèmes.

A l’approche de la prochaine conférence COP 23, qui aura lieu à Bonn (Allemagne) du 6 au 17 novembre, les participants au sommet de Rome ont donc voulu alerter les Etats et les agences onusiennes sur l’importance de l’attention à accorder à l’eau, et à la nécessité d’une réaction rapide et coordonnée pour en protéger l’accès et la qualité.

Jean-François Donzier, secrétaire général du réseau international des organismes de bassin

L'OMVS, l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal a également participé à cette rencontre. Fleuve d’Afrique occidentale, le Sénégal est commun à quatre pays : la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. Les défis écologiques autour de ce bassin fluvial sont nombreux.

Mamadou II Diaby, secrétaire général de l’OMVS

 

 

25 octobre 2017, 10:01