Recherche

Parole du jour

banner parola.jpg
Date23/05/2020

Lecture du jour

Lecture du livre des Actes des Apôtres
(Ac 18, 23-28)

Après avoir passé quelque temps à Antioche,
Paul partit.
Il parcourut successivement le pays galate et la Phrygie,
en affermissant tous les disciples.
Or, un Juif nommé Apollos,
originaire d’Alexandrie,
venait d’arriver à Éphèse.
C’était un homme éloquent,
versé dans les Écritures.
Il avait été instruit du Chemin du Seigneur ;
dans la ferveur de l’Esprit,
il parlait et enseignait avec précision
ce qui concerne Jésus,
mais, comme baptême,
il ne connaissait que celui de Jean le Baptiste.
Il se mit donc à parler avec assurance à la synagogue.
Quand Priscille et Aquila l’entendirent,
ils le prirent à part
et lui exposèrent avec plus de précision le Chemin de Dieu.
Comme Apollos voulait se rendre en Grèce,
les frères l’y encouragèrent,
et écrivirent aux disciples de lui faire bon accueil.
Quand il fut arrivé, il rendit de grands services
à ceux qui étaient devenus croyants par la grâce de Dieu.
En effet, avec vigueur il réfutait publiquement les Juifs,
en démontrant par les Écritures
que le Christ, c’est Jésus.

Évangile du jour

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
(Jn 16, 23b-28)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Amen, amen, je vous le dis :
ce que vous demanderez au Père en mon nom,
il vous le donnera.
Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ;
demandez, et vous recevrez :
ainsi votre joie sera parfaite.

En disant cela, je vous ai parlé en images.
L’heure vient où je vous parlerai sans images,
et vous annoncerai ouvertement ce qui concerne le Père.
Ce jour-là, vous demanderez en mon nom ;
or, je ne vous dis pas que moi, je prierai le Père pour vous,
car le Père lui-même vous aime,
parce que vous m’avez aimé
et vous avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti.
Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ;
maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père. »

Paroles du saint père

Il prie pour nous devant le Père. Cela m'a toujours plu. Jésus, dans sa résurrection, a eu un corps magnifique : les plaies de la flagellation, des épines, sont disparues, toutes. Les bleus des coups sont disparus. Mais Lui a toujours voulu avoir les plaies, et les plaies sont précisément sa prière d'intercession auprès du Père : “Mais… regarde… celui-ci t'implore en mon nom, regarde !”. Cela, c'est la nouveauté que Jésus nous apprend. Il nous dit cette nouveauté : avoir confiance dans sa passion, avoir confiance dans sa victoire sur la mort, avoir confiance dans ses plaies. Lui est le prêtre et c'est cela le sacrifice : ses plaies. Et cela nous donne confiance, hein ? Cela nous donne le courage de prier. (Santa Marta, 11 mai2013)